Crète, côté mer

C’est un voyage familial avec ma compagne, sa sœur et son beau-frère dans une région du globe que je ne connais absolument pas. Avant de partir, j’ai parcouru les forums sur internet et surtout le site de Captain Barefoot, la bible sur le naturisme dans les îles grecques. Étant le seul naturiste du groupe, je ne sais pas comment cela va se passer ; j’espère simplement pouvoir quelque peu me baigner et faire du snorkeling nu.
Nous sommes basés dans la petite ville de Palekastro, sur la côte est de la Crète, un gros bourg aux maisons blanches, entouré de forêts d’oliviers. En ce début juin, il y a encore peu de touristes, la circulation est essentiellement celle des pick up locaux. D’ailleurs cette région est assez préservée de la pression touristique qui défigure certains sites de la côte nord. L’accueil y est chaleureux et souriant.
Dès le premier jour, première plage, celle d’Itanos, à une dizaine de kilomètres. Au bout de la route, une plage directement en face du parking, la plus fréquentée, textile, mais en passant en cinq minutes de marche une petite butte on arrive à une seconde plage de sable, plus tranquille. Ce jour là, peut être une douzaine de personnes en maillots, mais à l’extrémité de la plage, sous une falaise, un bloc rocheux fait comme un mur de séparation et derrière quatre un cinq naturistes. Je m’installe là, mes compagnons juste à coté de l’autre coté du rocher, coté textile. On est donc presque ensemble. Vite les palmes, le masque et le tuba et je pars explorer les fonds marins. En fin d’après midi, la plage s’est vidée. Je rejoins mes compagnons tout en restant nu. Cette plage d’Itanos sera notre préférée et nous y viendrons régulièrement. Il n’y a que le week end, lorsque les familles grecques viennent profiter de la mer que le naturisme y est impossible. Il existe encore un troisième plage sur ce site, référencée plage naturiste, que nous visiterons une fois, mais plage de galets elle nous attirera moins.
Deuxième jour et deuxième plage, celle de Xerocambos, à une bonne heure de route plus au sud. Captain Barefoot signale une plage possible sous une petite chapelle et des falaises. Je guide donc le groupe jusqu’à là. Effectivement, ce coin est tranquille. Plage de sable. Deux ou trois personnes assez éloignées pour que je puisse rester nu au milieu de mes compagnons en maillots. Le retour par une petite route à travers la montagne est splendide.
La plage de Maridati, au bout d’une piste de terre d’un kilomètre et demi est un site protégé. Un panneau « nudisme interdit » en grec et en anglais au bout du parking. Mais ce jour là, il n’y a que deux autres personnes sur la plage, une à une extrémité, l’autre au centre, et elles semblent nues elles aussi ; nous nous installons à l’autre extrémité avec ma compagne.
La plage de Karoumes n’est accessible qu’à pieds par une randonnée à travers les gorges de Chochlakies. Un bonne heure de marche pour y arriver, autant pour en repartir. Ou en bateau. Elle est pour cela réputée accueillante pour les naturistes. Effectivement, la plupart de ceux qui y viennent se mettent nus pour bronzer sur les galets et se baigner dans une eau très claire.
Un jour que mes compagnons sont partis faire un peu de tourisme en voiture, je rejoins en vingt minutes de marche la plage de Chiona, la plus proche de Palekasro. Au delà de la plage elle même, quelques criques creusées dans la barrière rocheuse . La première est occupée par une famille, la troisième par un couple, mais la seconde est libre. J’en profite.
Au cours de randonnées à pieds le long des côtes, on trouvera encore quelques petites plages désertes.
J’ai donc parfaitement profité naturistement des plages crétoises.
J’en ai aussi beaucoup exploré les abords en snorkeling. Mais petite déception, la vie sous marine y est assez pauvre.


It is a family trip with my partner, her sister and her brother-in-law in an area of ​​the globe that I absolutely do not know. Before leaving, I browsed the forums on the internet and especially the site of Captain Barefoot, the bible on naturism in the Greek islands. Being the only naturist of the group, I do not know how this will happen; I just hope I can bathe somewhat and do some naked snorkeling.
We are based in the small town of Palekastro, on the east coast of Crete, a large village with white houses, surrounded by forests of olive trees. As of early June, there are still few tourists, traffic is mainly that of local pick-ups. Moreover, this region is fairly preserved from the tourist pressure which disfigures certain sites on the north coast. The welcome is warm and smiling.
From the first day, the first beach, that of Itanos, about ten kilometers. At the end of the road, a beach directly in front of the car park, the most frequented, clothed, but passing in five minutes walk a small butte we arrive at a second sandy beach, quieter. That day, maybe a dozen people in swimsuits, but at the end of the beach, under a cliff, a rocky block made like a separation wall and behind four a five naturists. I settle there, my companions right next to the other side of the rock, textile side. So we’re almost together. Quick the fins, the mask and the snorkel and I go to explore the seabed. In the late afternoon, the beach emptied. I join my companions while remaining naked. This Itanos beach will be our favorite and we will come there regularly. It is only at weekends, when Greek families come to enjoy the sea that naturism is impossible. There is still a third beach on this site, referenced naturist beach, which we will visit once, but pebble beach it will attract us less.
Second day and second beach, Xerocambos, a good hour drive further south. Captain Barefoot reports a possible beach under a small chapel and cliffs. So I guide the group up there. Indeed, this corner is quiet. Sand beach. Two or three people far enough away that I could remain naked in the midst of my companions in swimsuits. The return by a small road through the mountain is splendid.
The Maridati beach, at the end of a kilometer and a half dirt track is a protected site. A sign « nudism forbidden » in Greek and English at the end of the parking lot. But on this day there are only two other people on the beach, one at one end, the other at the center, and they seem naked too, and we settle at the other end with my companion.
The beach of Karoumes is accessible only by feet by a hike through the gorges of Chochlakies. A good hour of walking to get there, so much to leave. Or by boat. It is therefore considered welcoming for naturists. Indeed, most of those who come there nude to tan on the pebbles and bathe in a very clear water.
One day when my companions left for a bit of sightseeing by car, I reach the Chiona beach, the closest to Palekasro, in a twenty minute walk. Beyond the beach itself, a few coves dug into the rocky barrier. The first is occupied by a family, the third by a couple, but the second is free. I take advantage of that.
There are still some small deserted beaches along the coast.
So I naturally enjoyed the Cretan beaches naturally.
I also explored the surrounding area in snorkeling. But little disappointment, the underwater life is quite poor there.


Crète, côté terre

Au cours de mes recherche sur internet sur la Crète, je n’avais rien trouvé sur le naturisme hors du naturisme de plage. Tant pis. J’étais pourtant bien décidé à ne pas passer deux semaines allongé sur des plages. La randonnée était aussi à mon programme de ce séjour.
Première rando textile en famille pour rejoindre la plage de Karoumes par la gorge de Chochlakies. Une balade le long d’un torrent à sec, encaissé entre des parois rocheuses, parmi les massifs de laurier roses. Les galets roulent sous les pieds, il faut parfois se faufiler entre de gros rochers. Partis tard, on y est aux heures les plus chaudes de la journée. Ma belle famille n’est pas, ou plus, des plus sportives et ce sera près de deux heures de marche à l’aller et presque autant au retour. Les randos suivantes se feront en couple, c’est beaucoup plus simple.
Une petite montée au Petsofas, un sommet qui domine à 255 m la plage de Chiona et le village d’Agathia. Traversée des champs d’oliviers, puis on grimpe dans la garrigue. Je suis en short et tee shirt, ne sachant pas ce qu’il y a au sommet. Mais, il n’y a rien et personne, juste quelques vestige d’un mur de l’époque minoenne. Je me déshabille pour profiter du vent frais. Ma compagne ne dit rien. Elle entreprend la descente, je reste encore un peu en haut pour prendre quelques photos du panorama alentour, puis je la suis, toujours nu, jusqu’à retrouver l’oliveraie. Là je me rhabille.
Un matin on part tous les deux assez tôt, aux environs de neuf heures, de la plage de Vai, la plage la plus aménagée du coin, pour rejoindre celle de Maridati. Suite de montées et descentes dans cette végétation de garrigue, de touffes basses de plantes piquantes, de massifs fleuris de thym. Au bout d’un moment ma compagne remarque elle même que l’on est absolument seuls. Puisqu’elle le dit ! Aussitôt, je suis nu ! Le parcours grimpe sur des collines, suit des lignes de crête qui dominent la mer en contrebas, descend dans des vallons qui mènent à des petites plages désertes. Quatre heures de marche. On termine en descendant abruptement sur la plage de Maridati. Je renfile mon short pour cette dernière descente juste au dessus de la petite auberge, malheureusement fermée à cette heure là. Pas de bière en réconfort.
Autre rando au départ d’Agathia pour rejoindre la plage de Karoumes. Première partie pour rejoindre la petite chapelle d’Agio Spyridon, Saint Spyridon, puis un col et une piste descend vers la petite plage de Schinias, tout à fait isolée. Dans ce décor désertique, nous sommes de nouveau les seuls êtres vivants, à part les chèvres. Passé le col je me suis déshabillé. Arrêt sur la berge d’une petite crique, puis l’on repart. Le chemin est balisé de traces de peinture rouge, qu’il faut parfois cherché des yeux entre les touffes d’épineux. On atteint la plage de Karoumes. Le coin ombragé est libre et on l’occupe. Une geocache se trouve à proximité, vite trouvée. Quelques randonneurs, arrivés par la gorge, sont dispersés sur la plage, certains nus, quelques autres en maillots. On va repartir par cette gorge qui mène au village de Chochlakies, et que l’on a déjà parcouru quelques jours auparavant. Mais cette fois c’est nu que je peux la faire.
Un matin, au lever du jour, je pars courir. De Palekastro, je rejoins la plage de Chiona, puis je continue sur la piste de terre qui longe la rive vers le sud. Une barrière en travers en ferme le passage pour les chèvres, mais en veillant à bien la refermer, je continue. Seul, je quitte le short et profite d’une demi heure de course nue.


During my internet search on Crete, I had found nothing about naturism out of beach naturism. Never mind. Yet I was determined not to spend two weeks lying on beaches. The hike was also on my program for this trip.
First family clothed ride to reach the beach of Karoumes by Chochlakies gorge. A walk along a dry stream, surrounded by rock walls, amongst the laurel roses. The pebbles roll under the feet, sometimes it is necessary to squeeze between large rocks. Late in the morning, it is the hottest hours of the day. My in law family is not, or no more, very sporty and it will be nearly two hours of walking in the outward and almost as much on the return. The following randos will be done in couple, it is much simpler.
A small climb to the Petsofas, a summit which dominates to 255 m the beach of Chiona and the village of Agathia. Cross the fields of olive trees, then climb in the garrigue. I’m in shorts and tee shirt, not knowing what’s up at the top. But, there is nothing and nobody, just a few vestiges of a wall of the Minoan era. I undress to enjoy the cool wind. My companion said nothing. She starts the descent, I still a little up to take some pictures of the surrounding panorama, then I follow her, always naked, until the olive grove. There I dress.
One morning we both leave early enough, about nine o’clock, from the beach of Vai, the most arranged beach of the area, to join that of Maridati. Continuation of ascents and descents in this vegetation of garrigue, low tufts of spicy plants, massifs flourished with thyme. After a moment my companion remarks that we are absolutely alone. Since she says so! Immediately, I am naked! The route climbs on hills, follows crest lines that dominate the sea below, descends into valleys that lead to small deserted beaches. Four hours of walking. We finish down abruptly on the beach of Maridati. I snap my shorts for this last descent just above the small inn, unfortunately closed at that time. No beer in comfort.
Another hike from Agathia to reach the beach of Karoumes. First part to reach the small chapel of Agio Spyridon, Saint Spyridon, then a pass and a track descends towards the small beach of Schinias, completely isolated. In this desert setting, we are again the only living creatures, apart from the goats. At the pass I undressed. Stop on the bank of a small creek, then we leave. The path is marked with traces of red paint, which sometimes have to be looked for between the thorny tufts. We reach the beach of Karoumes. The shaded corner is free and occupied. A geocache is nearby, quickly found. Some hikers, arriving by the throat, are scattered on the beach, some naked, some others in swimsuits. We shall set out again by this gorge which leads to the village of Chochlakies, and which we have already traveled a few days before. But this time it’s naked that I can do it.
One morning, at dawn, I set off to run. From Palekastro, I reach the Chiona beach, then continue on the dirt track that runs along the shore to the south. A cross barrier closes the passage for the goats, but making sure to close it, I continue. Alone, I leave the shorts and enjoy a half hour of naked race.


Rocher de Séguret

Covoiturage avec Bruno et Guillaume de Grenoble au col des Deux, près de Gresse en Vercors, où nous retrouvons Jean, en vacances dans le coin. 100 mètres sur la route, autant pour s’éloigner des maisons et nous sommes nus. On le restera jusqu’au même endroit au retour 5 heures et demi plus tard. La première partie est une belle montée en forêt, à l’ombre. On est parti tôt, avant 8 heures, mais la chaleur est déjà bien présente. Puis une croupe herbeuse avant d’attaquer le pierrier, au bas des falaises de cette barrière est du Vercors. Le sentier monte en lacet en ce rétrécissant entre les murs de roches. Quelques bouquetins s’éloignent quelque peu à notre approche, juste ce qu’il faut pour nous laisser le passage, en grimpant sur les blocs de pierre. Le pas de Berrièves est atteint en deux heures. Sur l’autre versant, on découvre les hauts plateaux à perte de vue. Encore un effort et on atteint le sommet du Rocher de Séguret, 2057 mètres. Il est encore tôt, mais autant pique niquer ici. Deux silhouettes sur le sommet de Roche Rousse. Puis ils entame la descente et les voilà bientôt qui apparaissent à coté de nous. Notre tenue, « on s’en fout ». Ce sont deux jeunes qui font la traversé vers Corrençon, en bivouaquant. On échange un peu sur le parcours, puis ils repartent. Pour nous, c’est plus tranquille, une courte sieste puis on attaque la descente par le même itinéraire.


Carpooling with Bruno and Guillaume from Grenoble to the Col des Deux, near Gresse en Vercors, where we find Jean, on holiday in the area. 100 meters on the road, as much to get away from the houses and we are naked. We will remain until the same place on the way back 5 hours and a half later. The first part is a beautiful climb in the forest, in the shade. We left early, before 8 am, but the heat is already there. Then a grassy hilltop before attacking the scree, at the bottom of the cliffs of this eastern barrier of the Vercors. The path ascends in zigzags, narrowing between the walls of rocks. A few ibexes move away somewhat at our approach, just what it takes to let us pass, climbing over the blocks of stone. The pass of Berrièves is reached in two hours. On the other side, you can see the high plateaus as far as the eye can see. Another effort and reached the summit of the Rock of Séguret, 2057 meters. It is still early, but as much picnic here. Two silhouettes on the summit of Roche Rousse. Then they start the descent and soon they appear next to us. Our outfit, « we do not care ». They are two young people who make the crossing to Corrençon, bivouacking. We exchange a bit on the course, then they leave. For us, it is more quiet, a short nap then we attack the descent by the same route.


Monteynard

Première sortie en kayak de l’année. Direction mon spot préféré : le lac de Monteynard et la plage de Savel. La plage est en pleine restructuration mais la rampe de mise à l’eau est accessible. Le niveau de l’eau est bas. Quelques pêcheurs sur la rive. Je pars et au bout de quelques mètres, enlève mon maillot de bain. Je ne le remettrai qu’en revenant au même endroit trois heures plus tard. Je me dirige vers le bras de l’Ebron, passe sous la passerelle puis sous le pont de Brion. Un cascade se déverse dans le lac, ricochant sur les rochers, éclaboussant dans la lumière. Je tourne un peu à proximité pour profiter du spectacle. Sur le bord, un crapaud m’observe, puis s’éloigne. Je continue jusqu’au bout du lac, lorsque j’arrive au torrent. Je m’arrête un moment pour déjeuner .Dans ce défilé entre les murailles de roches, je me sens vraiment isolé du reste du monde. Retour, contre le vent. Sur la plage de Savel, les pratiquants de kite surf gonflent leurs voiles.


First kayak outing of the year. Direction my favorite spot: the lake of Monteynard and the beach of Savel. The beach is undergoing a complete restructuring but the launching ramp is accessible. The water level is low. Some fishermen on the shore. I leave and after a few meters, take off my swimsuit. I will only put it back to the same place three hours later. I go towards the arm of the Ebron, pass under the footbridge and then under the bridge of Brion. A waterfall flows into the lake, ricocheting on the rocks, splashing in the light. I turn a little nearby to enjoy the show. On the edge, a toad observes me, then goes away. I continue to the end of the lake, when I reach the torrent. I stop for a moment to lunch. In this defile between the rock walls, I feel really isolated from the rest of the world. Back, against the wind. On the Savel beach, kite surfers swell their sails.


Pointe de la Gorgeat

Bruno a proposé une balade en Savoie juste au dessus de Chambéry, tout au bout de la Chartreuse. Un coin que je ne connais guère, alors va pour la découverte ! Nous sommes quatre. Le ciel est assez couvert au départ, il se découvrira, laissant passer de chauds rayons de soleil, puis se recouvrira dans l’après midi, avec même quelques légères gouttes de pluie à notre retour. On a échappé à la météo pourrie annoncée quelques jours auparavant.
On a laissé les voitures à une centaine de mètres du tunnel du Pas de la Fosse, sur la route qui va de Chambéry au col du Granier. Quelques pas sur la route, puis une piste sur la droite. On se déshabille. On passe sous deux gigantesques poteaux électriques, puis c’est un petit sentier dans les buis, qui rejoint le large chemin du GR. Ça monte quand même pas mal. De temps à autre quelques belles trouées entre les arbres laissent apercevoir le panorama sur Chambéry, le lac du Bourget, Aix les Bains. Les lointains sont malheureusement assez voilés. Au bout de quelques deux heures de grimpette, on arrive à la Pointe de la Gorgeat. C’est une balade assez courue par l’autre versant depuis le col du Granier. On se rhabille au minimum avant de trouver un coin à l’écart pour pique niquer et trouver une geocache à proximité.On domine la vallée des Entremonts, toute verte de prairies et de forêts. Pour éviter de redescendre par le même chemin, Bruno nous trouve un sentier tranquille. A un moment on découvre un grand panneau métallique. « Danger de mort, zone de tir ». On est dans, ou juste au bord, d’un champ de tir de l’armée. Pas de canonnade ou de mitraille. On l’a échappé belle ! On rejoint une large piste qui descend en lacets, que l’on quitte pour traverser plus ou moins à flancs en vue de rejoindre notre itinéraire de montée. C’est une partie plus aventureuse, qui nécessite de traverser quelques lits de ruisseaux encaissés, de passer sur ou sous des troncs en travers du chemin, de s’orienter pour retrouver la trace perdue. Mais finalement on retrouve notre chemin. Au passage on cueille quelques brins de muguets repérés à l’aller. A quelques mètres de la route, il faut bien se rhabiller !


Bruno proposed a walk in Savoy just above Chambéry, at the end of the Chartreuse. A place that I hardly know, so go for the discovery! We are four. The sky is quite covered at first, it will clear up, letting pass of warm rays of sun, then will cover in the afternoon, with even a few drops of rain on our return. We escaped the rotten weather announced a few days ago.
The cars were left about a hundred yards from the Pas de la Fosse tunnel, on the road from Chambéry to the Granier pass. A few steps down the road, then a track on the right. We’re undressing. We pass under two gigantic electric poles, then it is a small path in the boxwood, which joins the broad GR trail. It goes up quite firmly. From time to time some beautiful holes between the trees let you see the panorama on Chambéry, the lake of Bourget, Aix les Bains. The distances are unfortunately rather veiled. After a couple of hours of climbing, one arrives at the Pointe de la Gorgeat. It is a walk quite popular by the other slope from the Granier pass. We get lightly dressed before finding a place away to picnic and find a geocache nearby. Above the valley of the Entremonts, all green meadows and forests. To avoid going down by the same path, Bruno finds us a quiet path. At one moment a large metallic panel is discovered. « Danger of death, shooting range ». One is in, or just on the edge, of an army shooting range. No cannonade or grape-shot. We had a narrow escape ! We reach a wide track which descends in laces, which one leaves to cross more or less flanks in order to join our itinerary of climb. It is a more adventurous part, which requires crossing a few beds of brooks, passing on or under trunks across the road, orienting to find the lost trace. But finally we find our way. A few strands of lily of the valley are picked up on the way. A few meters from the road, we have to get dressed!


Vararey

Je n’ai pas mis les pieds dans mon coin préféré de Chartreuse de tout l’hiver, mais en ce début de mois de mai, j’espère y trouver encore un peu de neige. Effectivement , dans un replat à l’ombre dans la forêt, je passe brutalement du sol recouvert de feuilles mortes à un tapis blanc vite assez épais. J’ai bien fait de prendre les guêtres. La prairie de Vararey est encore hivernale, alors que certaines années à cette époque c’est un tapis de verdure et de jonquilles.

Je passe à coté d’un grand sapin pour qui cet hiver a été fatal. Plus loin, un autre tronc avec ses branches déchiquetées tendues vers le ciel me sert de terrain de jeu.

Je profite à fond de cette neige inespérée!


I have not set foot in my favorite corner of Chartreuse all winter, but at the beginning of May I hope to find a little snow again. Indeed, in a shoulder in the shade in the forest, I pass brutally from the ground covered with dead leaves to a white carpet quickly thick enough. I did well to take the gaiters. The prairie of Vararey is still winter, while some years at that time it is a carpet of greenery and daffodils.

I pass by a large fir for which this winter was fatal. Farther, another trunk with its jagged branches stretched towards the sky serves as a playground for me.

I take full advantage of this unexpected snow!


Pas de la Pousterle

On est dix pour cette sortie des Marcheurs Nus du Val de Roanne, plus deux chiens. La veille nous avons marché entre la col de Cabres et le village du Pilhon, aujourd’hui c’est une montée entre le dernier hameau de Montlaur et la montagne d’Aucelon par le pas de la Pousterle. Le ciel est dégagé mais le vent souffle, peut être juste un peu moins fort qu’hier cependant. La montée par un petit sentier dans la forêt réchauffe quand même pratiquement tout le monde. Le cheminement traverse des massifs de buis. Quel plaisir de retrouver cette espèce végétale qui a complètement disparue l’année dernière de la région grenobloise, du massif de la Chartreuse, anéantie par la Pyrale du Buis et ses chenilles dévoreuses.
Le pas de la Pousterle est une faiblesse de la barrière rocheuse qui permet un passage sans difficulté de cette falaise qui paraît si impressionnante vue de la vallée.
Arrêt pique nique. J’en profite pour déboucher une bouteille de vin, puis pour partir à la recherche de deux geocaches situées à proximité. J’en trouverai encore deux autres dans l’après midi. Balade le long de la crête en direction de l’antenne de l’émetteur télé. Vue aérienne d’un coté sur la vallée de la Drôme, le Vercors en fond, de l’autre coté sur la suite de la ligne de la montagne d’Aucelon, sur cette région du val de Roanne qui a donné son nom à l’association.
Chacun a réagi en fonction de sa sensibilité à la fraîcheur, au froid, au vent. Certains sont emmitouflés sous les polaires, les autres restent nus, entre les deux toutes sortes de tenues plus ou moins habillées ! Nous ne sommes décidément pas égaux vis à vis des conditions climatiques !


We are ten for this outing of the Naked Walkers of the Val de Roanne, plus two dogs. The day before we walked between the Col de Cabres and the village of Pilhon, today it is a climb between the last hamlet of Montlaur and the mountain of Aucelon by the pass of the Pousterle. The sky is clear but the wind is blowing, maybe just a little less strong than yesterday though. The climb by a small path in the forest still warms practically everyone. The path crosses masses of boxwood. What a pleasure to find this plant species that completely disappeared last year from the Grenoble region, the Chartreuse massif, annihilated by the Bore Moth and its devouring caterpillars.
The pass of the Pousterle is a weakness of the rocky barrier which allows an easy passage of this cliff which seems so impressive view of the valley.
Picnic stop. I took the opportunity to uncork a bottle of wine, then to go in search of two geocaches located nearby. I’ll find two more in the afternoon. Stroll along the ridge towards the antenna of the TV transmitter. Aerial view of one side on the Drôme valley, the Vercors in background, on the other side on the continuation of the mountain line of Aucelon, on this area of ​​the Val de Roanne which gave its name to the association.
Everyone responded according to their sensitivity to freshness, cold, wind. Some are muffled under the polars, others remain naked, between the two all sorts of outfits more or less dressed! We are definitely not equal with respect to climatic conditions!


Le Goutaroux

Je n’arrive pas à dormir, alors levé à 4h30, parti à 5h et garé dans le hameau de Trézanne à 6h. Il fait encore nuit, mais je sens que ça ne va pas durer. Je prend la direction du col de Papavet. En chemin la clarté se fait. Au col, je bascule sur le versant qui domine le village de Saint Michel les Portes. Le sentier monte en lacets réguliers dans la forêt. Au loin, à travers les branchages, je voit rougeoyer le ciel au dessus des sommets de l’Oisans. Vite. Je débouche enfin au dessus de la forêt, sur la crête herbeuse qui mène a l’Aubeyron. J’ai juste le temps de poser mon sac, de sortir l’appareil et la barrière est du Vercors, le Grand Veymont et le mont Aiguille s’illuminent d’un rose orangé. Trois minutes. Puis la lumière semble s’éteindre. J’ai eu de la chance, mon timing était le bon !
J’en profite pour atteindre ce petit sommet, puis je continue jusqu’au rocher du Goutaroux. Un chamois s’éloigne tranquillement à mon approche. Le sol est bien sec, le petit ressaut rocheux se passe sans problème. Mais je ne traîne pas, le vent se fait sentir. Demi tour et retour à Trézanne, puis à Grenoble en fin de matinée. Je ferai une petite sieste dans l’après midi.


I can’t sleep, then woke up at 4:30 am, left at 5 am and parked in the hamlet of Trézanne at 6 am. It’s still dark, but I feel it will not last. I head for the Papavet pass. Along the way, clarity is achieved. At the pass, I climb the slope that dominates the village of Saint Michel les Portes. The path goes up in regular laces in the forest. In the distance, through the branches, I see the sky glowing above the summits of the Oisans. Quick. At last I emerge above the forest, on the grassy ridge that leads to the Aubeyron. I just have time to put my bag down, take out the camera and the eastern barrier of the Vercors, the Great Veymont and Mount Aiguille are lit up with an orange pink. Three minutes. Then the light seems to go out. I was lucky, my timing was good!
I take this opportunity to reach this small summit, then I continue to the rock of Goutaroux. A chamois moved calmly away at my approach. The soil is very dry, the little rocky jump is climbed without problem. But I do not dawdle, the wind is felt. Half turn and return to Trézanne, then to Grenoble in the late morning. I’ll take a nap in the afternoon.


Château du Barry

Bernard et Francis des Marcheurs Nus du Val de Roanne me prennent à Die. On a rendez-vous à Vercheny, à une quinzaine de kilomètres avec Pascal et Clarisse, que je n’ai pas vus depuis l’été dernier à la Newt en Autriche. Surprise, ils sont accompagnés de deux allemands, Udo et Hans Peter qui lui aussi était à la Newt. Belles retrouvailles.

On part du hameau du Temple, de Vercheny le Haut. Sitôt la dernière maison dépassée, au premier virage de la piste, tout le monde se met en tenue. Une randonneuse passe. « Vous faites ce que vous voulez ! » On la retrouvera un peu plus loin, puis au sommet, où Bernard ira discuter avec elle et lui expliquer les raisons de l’association, et elle nous rattrapera à la descente. C’est un dimanche, et il y a quelques autres promeneurs. On croisera une quinzaine de personnes, surtout des couples. Réponses polies à nos « Bonjour », arrêts pour nous laisser passer, pour discuter de la présences de tiques, tentative pour deux femmes avec un jeune garçon de ne pas éclater de rire.

Montée par des sentiers dans les pins jusqu’aux ruines du château du Barry. Il n’en reste plus grand chose, qu’un muret de pierre. Mais la vue sur la vallée de la Drôme, les sommets du Diois, le Vercors en arrière-fond, est splendide. Pour l’occasion Francis a monté une bouteille de Clairette.

La descente se fait par une large piste que l’on quitte ensuite pour un retour vers le village à travers les vignes et les arbres en fleurs.


Bernard and Francis of the Naked Walkers of the Val de Roanne take me at Die. We meet at Vercheny, about fifteen kilometers, with Pascal and Clarisse, whom I have not seen since last summer at Newt in Austria. Surprise, they are accompanied by two Germans, Udo and Hans Peter who also was at the Newt. Beautiful reunion.

We start from the hamlet of the Temple, at Vercheny le Haut. As soon as the last house is passed, at the first turn of the track, everyone is without clothes. A women hiker passes by. « You do what you want! » We shall find her a little farther on, and then at the summit, where Bernard will go and talk to her and explain the reasons for the association, and she will catch us on the descent. It’s a Sunday, and there are a few other strollers. We will meet about fifteen people, especially couples. Polite answers to our « Hello, » stops to let us pass, to discuss the tick presences, attempt for two women with a young boy not to burst out laughing.

Ascent by paths in the pines to the ruins of the castle of Barry. There is nothing left but a stone wall. But the view over the valley of the Drôme, the summits of the Diois, the Vercors in the background, is splendid. For the occasion Francis brought a bottle of Clairette.

The descent is done by a wide track which one then leaves for a return towards the village through the vines and the trees in blossom.


Saint Julien en Beauchêne, troisième édition

Pour la troisième année consécutive, Bruno a proposé depuis longtemps cette semaine de rando de fin d’hiver à partir du gîte des Étroits à Saint Julien en Beauchêne. Las, blessé lors d’une chute, tout juste opéré à l’épaule, il doit renoncer à participer à ce séjour. Il peut heureusement nous envoyer des tracés de parcours envisageables. Deuxième contretemps, le manque de neige. Les raquettes resteront pratiquement au fond des coffres. Tant pis se sera de la randonnue plutôt que de la raquette-nue !
Nous sommes neuf ; des anciens : Christian et Francis de Normandie, Patricia, Philippe et moi-même de la région grenobloise, et des nouveaux qui vont découvrir le coin : Guillaume de Savoie, Monique et François de l’extrémité rhodanienne de la Loire et Pierre de Baden Baden en Allemagne.

Première sortie, le dimanche, en attaquant directement à pieds du gîte. Franck de Gap est venu nous rejoindre.On monte dans la forêt par un sentier couvert de feuilles mortes pour rejoindre la piste qui passe près d’une première colonie de vacances, au dessus d’une deuxième et traverse la troisième, celle de l’ancienne chartreuse de Durbon, toutes vides en cette saison, heureusement. Peu après les premières plaques de neige apparaissent. On perd le chemin et le retrouvons au prix d’une grimpette un peu raide droit dans la pente. Sur ce versant nord la neige est encore bien présente. On s’enfonce un peu, on patauge, les pieds sont mouillés, mais on rejoint sans trop de peine le col de Recours. L’autre versant est complètement dégagé. Arrêt casse croûte à l’abri du vent derrière les massifs de sapins. Les plus valeureux montent jusqu’à la Tête des Usclats. Retour par le même chemin, avec un détour par le col du Pendu pour certains qui ne sont pas assez fatigués. A un tournant de la piste apparaissent quatre promeneurs. « Bonjour – bonjour » avec le sourire. C’est si simple !

Le lundi, on rejoint en voiture le hameau de Vaunières. Il fait grand beau. On s’éloigne un peu des maisons avant de se déshabiller. Montée par un petit sentier à travers la forêt de pins jusqu’au col de Vaunières, on bascule sur le versant drômois jusqu’au col Varaime. Là un randonneur nous rattrape. « Je suis nu chez moi ! » dit il en nous dépassant. Longue ascension qui nous fait grimper jusqu’à la ligne de crête de la Pare. Suite de bosses herbues en bordure de la cassure abrupte qui marque la limite entre la Drôme et les Hautes Alpes, jusqu’à l’objectif du jour, le sommet de la Toussière à 1916m d’altitude. On ne s’éternise guère sur ce sommet quelque peu venté. On trouve un coin plus abrité pour un déjeuner sur l’herbe, vin, café, suivi d’une sieste au soleil. Qu’est ce qu’on est bien ! On resterait volontiers ici, mais il faut redescendre à Vaunières. En passant près de la cabane de berger, trois chevaux en liberté sur cet alpage viennent nous saluer. La descente est beaucoup plus courte que la montée, d’abord suivant une crête herbeuse puis plongeant à flanc de vallon jusqu’au hameau.

Le mardi je laisse le groupe partir vers le Rognon, au dessus du col de la Croix Haute. Je fais un break pour laisser ma cheville se reposer. Ce sont mes premières randonnées depuis mon accident en décembre. Pour une fois, j’ai décidé d’être raisonnable.

Le mercredi, Franck est de nouveau avec nous et il nous emmène dans son jardin secret du Devoluy, le cirque de Chazal, au départ de la Cluse. Cette fois, on prends les raquettes…sans avoir l’assurance d’avoir à s’en servir. On suit une large piste pastorale qui nous mène jusqu’au chalets de Chazal. Au dessus de nous, un troupeau d’une cinquantaine de chamois. On met les raquettes pour retrouver l’herbe quelques centaines de mètres plus loin. Mais on les a mises ! Devant nous se dressent les murailles de la Tête et du Roc de Garnesier, sur le coté les falaises de la Tête des Ormans. Un replat fait un lieu de casse croûte idéal. Philippe et Pierre décident de continuer vers la crête suivante. Le ciel s’est couvert. A rester sans bouger, le froid se fait sentir et les couches de vêtements sortent des sacs. Finalement quand Pierre et Philippe, toujours nus eux, reviennent, ils nous retrouvent emmitouflés, gantés. Il est temps de faire demi tour. Le ciel se charge de plus en plus. En mouvement, on se réchauffe et les vêtements regagnent les sacs. Quelques gouttes de pluie, inutile de se rhabiller, légère sensation sur la peau.

Jeudi. Il fait franchement mauvais. Monique et François décident de rester au chaud. On choisit une petite balade au départ du col de Grimone. Arrivés au col, c’est une bourrasque de vent et de pluie qui nous accueille. Serrés dans les voitures on se regarde, hésitants. Finalement, on décide de rentrer, mais au bas du col, le soleil se montre sur le col de la Croix Haute . Changement de direction et en avant. On part sur une piste forestière. Sur la carte, un sentier coupe les virages et monte en zig zag dans la forêt. Mais il faut bien se rendre à l’évidence, ce chemin n’existe plus. Un autre se termine en cul de sac. On reprend la piste qui nous mène juste en dessous du col des Selles, rejoint par un raccourci dans les bois. De là il n’y a qu’une grosse butte à monter pour atteindre le Serre Mottaire. Un butte battue par le vent… la pluie et le froid. C’est une vraie hivernale ! Comme pour nous remercier après cet effort, le ciel nous offre un arc-en-ciel sur le Trièves.

Vendredi, comme les prévisions météo sont encore pire pour le week-end, c’est désertion générale, sauf pour Francis et Guillaume qui restent seuls jusqu’au dimanche. Ils auront même une légère couche de neige autour du gîte.