Les Batteries du Néron

Petite sortie dominicale d’après midi en VTT. Habillé léger pour un cycliste : un short court et un tee shirt, je monte par la route en direction du col de Clémencière. L’avantage du VTT à assistance électrique, c’est que je ne suis pas asphyxié dans cette montée. Je reste raisonnable, avec une assistance à 2 sur 4. En fait je ne mettrai le turbo que sur le début du chemin au dessus du hameau de Ripaillère pour passer la première montée caillouteuse avant de retrouver un terrain plus plat et de redescendre l’assistance, quitte même à la couper par moment. Sur ce chemin je croise deux ou trois promeneurs. J’arrive au tunnel qui mène à l’ancien fort des Batteries. Il n’y a personne dans le coin. Je me déshabille pour chercher d’abord une geocache vite trouvée. Puis je continue en montant les lacets d’un sentier qui s’élève dans la forêt jusqu’au moment où le chemin s’arrête. Demi tour et descente jusqu’au fort. Je repasse le tunnel. Je suis tellement bien nu que je décide de reprendre la piste forestière comme cela. Je roule jusqu’à ce que j’aperçoive deux personnes au loin. En vélo, c’est plus difficile qu’en randonnée de se couvrir rapidement. Je préfère faire demi tour et rejoindre un autre chemin qui m’amènera plus bas. Bon, il est temps de se rhabiller.Je retrouve la route, passe le col de Clémencière et redescend chez moi avec quelques petits détour par des chemins de traverse.


Small Sunday afternoon outing by mountain bike. Dressed light for a cyclist: short shorts and a tee shirt, I ride by the road in the direction of the pass of Clémencière. The advantage of a MTB with electric assistance is that I am not asphyxiated in this climb. I remain reasonable, with assistance to 2 out of 4. In fact I will only put the turbo on the beginning of the way above the hamlet of Ripaillère to pass the first stony climb before finding a flatter terrain and down the assistance and even to cut it at times. On this road I cross two or three walkers. I arrive at the tunnel which leads to the former fort of Batteries. There is no one in the area. I undressed to look for a geocache quickly found. Then I go up the laces of a path that rises in the forest until the path stops. Half turn and descent to the fort. I go back by the tunnel. I am so well naked that I decide to resume the forest track like this. I drive until I see two people in the distance. By bike, it’s harder than hiking to cover up quickly. I prefer to turn around and join another path that will take me down. Well, it’s time to get dressed again. I find the road, pass the Col de Clémencière and go down home with a few detour by short cut.


La Bérarde

La Bérarde. Le village en cette mi août est encore bien fréquenté entre promeneurs, randonneurs et alpinistes. Mais le chemin que nous emprunterons, Bruno, Gérard et moi, se révélera idéal pour une randonnue. A part une femme croisée lors de la montée, rencontre sans problème, ce versant de la montagne sera pour nous seuls. Les autres randonneurs seront sûrement sur les chemins du Chatelleret ou de la Maye. Tant mieux !
Au bout du parking, le ruisseau de Vénéon traversé, on entre dans le parc national des Ecrins. Nous nous déshabillons très vite, dès que l’on arrive au soleil. Le camping est juste en dessous de nous. Le chemin s’élève en lacets dans la pente plutôt raide. Il ne fera que monter sur 900 mètres de dénivellation sans le moindre replat pour souffler un peu. C’est physique. Mais le panorama vaut l’effort. La Tête de la Maye juste en face, puis se découpant derrière à mesure que l’on prend de l’altitude, la Meije, le Rateau, la Grande Ruine et tant d’autres pointes et sommets. De l’autre côté apparaissent le Dôme et la Barre des Ecrins, Ailefroide. L’herbe laisse la place à une végétation de petits arbres puis on débouche sur des barres rocheuses minérales et le chaos de rochers rouillés de la moraine d’un ancien glacier. Le chemin se termine là. Quelques cairns permettent de continuer en direction de l’épaule sous la Grande Pointe de la Bérarde. Mais c’est une progression pénible et finalement on se pose pour le casse croûte sur une plaque herbeuse avant de faire demi-tour et d’attaquer la descente. On ne remettra les shorts ou jupettes qu’à la toute proximité du village.


La Bérarde. The village in mid August is still well frequented amongst walkers, hikers and climbers. But the path we will take, Bruno, Gerard and I, will prove ideal for a naked hike. Apart from a woman crossed during the climb, meet without problem, this side of the mountain will be for us alone. The other hikers will surely be on the paths of the Chatelleret or the Maye. So much the better!
At the end of the car park, the stream of Vénéon crossed, one enters the national park of the Ecrins. We undress very quickly, as soon as we reach the sun. The campsite is just below us. The path rises in laces in the rather steep slope. It will only go up 900 meters of height without the least flat to blow a little. It’s physical. But the panorama is worth the effort. The head of the Maye just opposite, then appearing behind as you take altitude, the Meije, the Rateau, the Great Ruin and so many other points and peaks. On the other side are the Dome and the Barre des Ecrins, Ailefroide. The grass gives way to a vegetation of small trees and then leads to rocky mineral bars and the chaos of rusty rocks of the moraine of an ancient glacier. The path ends there. Some cairns allow to continue in the direction of the shoulder under the Great Pointe de la Bérarde. But it is a painful progression and finally we pose for the cnack on a grassy plate before turning and attacking the descent. Shorts or skirts will only be handed over to the near by the village.


Retour au ruisseau de Charens

Voilà trois ans que je n’étais pas retourné avec l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne au ruisseau de Charens. Nous avions bien débroussaillé une partie du lit de ce petit cours d’eau. Mais le temps a passé, la végétation a poussé, les orages ont charrié des bois morts, le travail est à refaire. Mission accomplie avec Bernard et Pascal. Nous sommes même allés au delà des parcours précédents, défrichant jusqu’à une zone infranchissable de troncs entremêlés couchés en travers du torrent. En contournant cette zone, nous avons finalement atteint un jardin potager cultivé en bordure du ruisseau puis un chemin qui nous a ramené à la route. Il ne nous restait plus qu’à redescendre tranquillement en moins d’une demi heure par cette route bien peu fréquentée.


For three years I had not returned with the association of the Naked Walkers of the Val de Roanne to Charens brook. We had cleared some of the bed of this little stream. But time has passed, vegetation has grown, storms have carried dead woods, work is to be redone. Mission accomplished with Bernard and Pascal. We have even gone beyond past routes, clearing up an impassable area of intermingled trunks lying across the torrent. Bypassing this area, we finally reached a vegetable garden cultivated along the creek and then a path that brought us back to the road. There was nothing left for us but to descend quietly in less than half an hour by this very uncommon road.


Ruisseau d’Aucelon

Durant la saison estivale, l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne privilégie les randonnées aquatiques en remontant les cours des ruisseaux. En ces périodes caniculaires, il est vraiment très agréable de profiter de l’ombre des arbres et de la fraîcheur de l’eau.
Ce samedi , nous étions cinq pour remonter le ruisseau d’Aucelon depuis le cours de la Roanne jusqu’aux ruines de l’ancien moulin : Bernard, Francis, Pierre, Yves et moi même. Une balade de quatre heures et demi.


During the summer season, the association of the Marcheurs Nus of the Val de Roanne favors the aquatic excursions up the courses of the streams. In these scorching times, it is really nice to enjoy the shade of the trees and the freshness of the water.
This Saturday, we were five to go up the stream of Aucelon from the course of the Roanne to the ruins of the old mill: Bernard, Francis, Pierre, Yves and myself. A four and a half hour hike.


Crêtes du Grand Arc

On se retrouve à six dans le village de Notre Dame de Millière près d’Albertville en Savoie. Je suis venu avec Philippe et Patricia depuis Grenoble, Bruno vient de Chartreuse en prenant Dominique dans la combe de Savoie, et Laurent arrive des Aravis. Laurent a un fourgon six places, ça tombe bien, il y a encore une bonne quinzaine de kilomètres sur une route forestière en lacets puis une piste de terre pour arriver à notre point de départ de rando à l’alpage de la Thuile.

On domine la vallée de l’Isère et la ville d’Albertville. Les sommets des Bauges,des Aravis, de Tournette se découpent dans un air particulièrement pur. Départ à 9 heures. D’abord une descente en forêt de deux cent mètres de dénivelé. C’est la mise en jambe . Puis ça commence à monter. Ça ne fera que monter jusqu’au sommet du Petit Arc. Passages dans les fougères ou les herbes hautes encore pleines de rosée, multiple ruisselets, les pieds sont vite très humides. Puis on atteint la zone de prairies alpines. Tapis de rhododendrons. On surplombe maintenant la vallée de l’Isère à son embranchement avec la Maurienne. En face de nous, le massif de Belledonne et au loin la Chartreuse et la silhouette du Granier. De l’autre côté, le Mont Blanc apparaît. En presque quatre heure on atteint le Petit Arc. La dernière montée a été rude, droite mais rude ! Au sommet, trois personnes nous ont vu arriver. Elles nous tournent le dos occupées à pique-niquer face au panorama. « Bon appétit ! » ‘Merci ».

Le Grand Arc est à portée de jambe. Enfin, presque ! Deux jeunes en maillots d’équipes de foot en descendent. « Vous n’avez pas trop chaud ? » « On ne veut pas s’enrhumer ! » Enfin, le sommet à 2484m. Il est occupé par des abeilles et des taons. On ne s’éternise pas et on trouve un coin plus tranquille un peu en contrebas pour manger. Vin de Bordeaux, vin du Languedoc, café, pousse café. On ferait bien la sieste, mais la balade n’est pas finie.

Devant nous s’étend la crête qui doit nous ramener vers notre but. Une succession de creux et de bosses, accidentée parfois. Bruno sortira même sa corde d’assurance pour un passage quelque peu délicat. Dominique traîne un peu la jambe, les genoux endoloris. Passages entre barres rocheuses et pentes herbues glissantes. La progression se fait lente. Enfin, une dernière butte et c’est la plongée vers l’alpage de la Thuile. Droit dans la pente. Les premiers courent devant, les derniers se traînent derrière. Les premiers attendent les derniers auprès de deux petits lacs, l’un à l’eau bien froide, l’autre entouré de linaigrettes blanches. Courtes mais ravigotantes baignades. Plus qu’un bout de piste et nous sommes arrivés.

Bilan : 9 heures 40 de rando dont 9 heures et demi en nudité.


We meet six in the village of Notre Dame de Millière near Albertville in Savoie. I came with Philippe and Patricia from Grenoble, Bruno comes from Chartreuse taking Dominique in the combe of Savoy, and Laurent arrives from the Aravis. Laurent has a six-seat van, it’s good, there are still a good fifteen kilometers on a forest road in hairpin bend then a dirt track to get to our starting point of hiking at the high pasture of Thuile.

One dominates the valley of the Isère and the city of Albertville. The summits of Bauges, Aravis and Tournette are carved out in a particularly pure air. Departure at 9 am. First a descent in forest of two hundred meters of height. It’s the set-up. Then it starts to rise. It will only go up to the top of the Petit Arc. Passages in ferns or tall grasses still full of dew, multiple streams, feet are quickly very wet. Then we reach the area of alpine meadows. Rhododendron carpets. We now overlook the valley of Isere at its branch with the Maurienne. In front of us, the massif of Belledonne and in the distance the Chartreuse and the silhouette of the Granier. On the other side, Mont Blanc appears. In almost four hours we reach the Petit Arc. The last climb was rough, straight but rough! At the top, three people saw us arrive. They turn their backs busy picnicking in front of the panorama. « Enjoy your meal ! » Thanks ».

The Grand Arc is within reach; almost. Two youngsters in soccer jerseys come down. » « You’re not too hot? » « We do not want to catch cold! ». The summit at 2484m is occupied by bees and horseflies, we do not linger and we find a more tranquil area a little below to eat. Wine from Bordeaux and Languedoc, coffee, liqueur.

But the walk is not over, and the crest that leads us towards our goal is a succession of bumps and troughs, sometimes steep. Bruno will even release his rope of assurance for a somewhat delicate passage. Dominique drags his leg, aching knees. Passages between rocky bars and slippery grassy slopes. The progression is slow, finally a last butte and it is the dive towards the pasture of Thuile. Right in the slope, the first run ahead, the last drag behind. The first waiting the last near two small lakes, one in cold water, the other surrounded by white cottongrass flowers. Short but ravishing swims. More than just a track and we arrived.

Assessment: 9 hours 40 of hiking of which 9 hours and half in nudity.


Col des Pariotes

Bien sûr, c’était un peu loin de Grenoble, deux heures et demi de voiture, mais cette balade en valait la peine. Pourtant à l’arrivée sur le parking de départ, au dessus de Bonneval sur Arc, au fin fond de la Haute Maurienne, on s’est posé quelques question avec Bruno. Le thermomètre affichait 10° et le brouillard nous cachait les sommets alentours. Aurait-on fait tout ce trajet pour rien?

On est donc parti avec les polaires, mais vite on s’est réchauffé avant même d’atteindre le départ du sentier qui monte vers le refuge du Carro. On s’est donc déshabillé, mais en gardant les pieds mouillés entre rosée de l’herbe haute et traversée de caillou en caillou. Montée dans cet univers du vert profond des alpages, puis après le refuge, un monde très différent, blanc et gris, rocheux, minéral coupé de langues de neige des névés. Avec le lac Blanc de couleur turquoise, vert, gris selon la lumière qui lui tombe dessus. Une lumière changeant sans arrêt en fonction des bancs de nuages qui filaient au dessus de nos têtes. On passe de blocs rocheux instables à des éboulis de pierres ou à des traversées dans la neige. Passage au col des Pariotes à 3000 m. Le petit vent ne nous incite guère à traîner. On attaque la descente sur l’autre versant. Pas de chemin, peu de cairns, à peine quelques traces dans les névés. Heureusement le gps est là pour nous mener dans la bonne direction jusqu’à retrouver un sentier aux sources supérieurs de l’Arc.

Ensuite c’est une descente bien tracée vers la vallée, en croisant quelques randonneurs qui montent ; c’est dimanche après midi. Chaque fois, on peut les voir un peu en avance et se recouvrir sommairement. Si certains on pu nous apercevoir nus au loin, aucune remarque, même si nos tenues, shorts et torse nus, semblent sommaires.


Of course, it was a little far from Grenoble, two and a half hours by car, but this walk was worth it. Yet on arrival in the parking lot, above Bonneval sur Arc, at the bottom of the Haute Maurienne, we asked a few questions with Bruno. The thermometer showed 10 ° and the mist hid the surrounding peaks. Would we have made the whole journey for nothing?

So we went with the polars, but soon we warmed up before we even reached the start of the trail that goes up to the refuge of Carro. So we undressed, but keeping our feet wet between dew of high grass and torrents crossed from pebble to pebble. Climbed into this universe of deep green alpine pastures, then after the refuge, a very different world, white and gray, rocky, mineral cut with banks of snow. With the lake Blanc of turquoise color, green, gray according to the light that falls on it. A light continuously changing according to the cloud banks that were spinning above our heads. We go from unstable rock blocks to stones or crossings in the snow. We reached the Col des Pariotes at 3000 m. The little wind does not encourage us to hang around. The descent is attacked on the other slope. No way, few cairns, scarcely a few traces in the neves. Fortunately the gps is there to take us in the right direction until we find a path at the upper sources of the Arc.

Then it is a descent well traced towards the valley, crossing some hikers who go up; it’s Sunday afternoon. Each time, they can be seen a little ahead of time and we cover ourselves up briefly. If some people could see us naked in the distance, no remark, even if our outfits, shorts and bare chest, seem to be summary.


 

Crète, côté mer

C’est un voyage familial avec ma compagne, sa sœur et son beau-frère dans une région du globe que je ne connais absolument pas. Avant de partir, j’ai parcouru les forums sur internet et surtout le site de Captain Barefoot, la bible sur le naturisme dans les îles grecques. Étant le seul naturiste du groupe, je ne sais pas comment cela va se passer ; j’espère simplement pouvoir quelque peu me baigner et faire du snorkeling nu.
Nous sommes basés dans la petite ville de Palekastro, sur la côte est de la Crète, un gros bourg aux maisons blanches, entouré de forêts d’oliviers. En ce début juin, il y a encore peu de touristes, la circulation est essentiellement celle des pick up locaux. D’ailleurs cette région est assez préservée de la pression touristique qui défigure certains sites de la côte nord. L’accueil y est chaleureux et souriant.
Dès le premier jour, première plage, celle d’Itanos, à une dizaine de kilomètres. Au bout de la route, une plage directement en face du parking, la plus fréquentée, textile, mais en passant en cinq minutes de marche une petite butte on arrive à une seconde plage de sable, plus tranquille. Ce jour là, peut être une douzaine de personnes en maillots, mais à l’extrémité de la plage, sous une falaise, un bloc rocheux fait comme un mur de séparation et derrière quatre un cinq naturistes. Je m’installe là, mes compagnons juste à coté de l’autre coté du rocher, coté textile. On est donc presque ensemble. Vite les palmes, le masque et le tuba et je pars explorer les fonds marins. En fin d’après midi, la plage s’est vidée. Je rejoins mes compagnons tout en restant nu. Cette plage d’Itanos sera notre préférée et nous y viendrons régulièrement. Il n’y a que le week end, lorsque les familles grecques viennent profiter de la mer que le naturisme y est impossible. Il existe encore un troisième plage sur ce site, référencée plage naturiste, que nous visiterons une fois, mais plage de galets elle nous attirera moins.
Deuxième jour et deuxième plage, celle de Xerocambos, à une bonne heure de route plus au sud. Captain Barefoot signale une plage possible sous une petite chapelle et des falaises. Je guide donc le groupe jusqu’à là. Effectivement, ce coin est tranquille. Plage de sable. Deux ou trois personnes assez éloignées pour que je puisse rester nu au milieu de mes compagnons en maillots. Le retour par une petite route à travers la montagne est splendide.
La plage de Maridati, au bout d’une piste de terre d’un kilomètre et demi est un site protégé. Un panneau « nudisme interdit » en grec et en anglais au bout du parking. Mais ce jour là, il n’y a que deux autres personnes sur la plage, une à une extrémité, l’autre au centre, et elles semblent nues elles aussi ; nous nous installons à l’autre extrémité avec ma compagne.
La plage de Karoumes n’est accessible qu’à pieds par une randonnée à travers les gorges de Chochlakies. Un bonne heure de marche pour y arriver, autant pour en repartir. Ou en bateau. Elle est pour cela réputée accueillante pour les naturistes. Effectivement, la plupart de ceux qui y viennent se mettent nus pour bronzer sur les galets et se baigner dans une eau très claire.
Un jour que mes compagnons sont partis faire un peu de tourisme en voiture, je rejoins en vingt minutes de marche la plage de Chiona, la plus proche de Palekasro. Au delà de la plage elle même, quelques criques creusées dans la barrière rocheuse . La première est occupée par une famille, la troisième par un couple, mais la seconde est libre. J’en profite.
Au cours de randonnées à pieds le long des côtes, on trouvera encore quelques petites plages désertes.
J’ai donc parfaitement profité naturistement des plages crétoises.
J’en ai aussi beaucoup exploré les abords en snorkeling. Mais petite déception, la vie sous marine y est assez pauvre.


It is a family trip with my partner, her sister and her brother-in-law in an area of ​​the globe that I absolutely do not know. Before leaving, I browsed the forums on the internet and especially the site of Captain Barefoot, the bible on naturism in the Greek islands. Being the only naturist of the group, I do not know how this will happen; I just hope I can bathe somewhat and do some naked snorkeling.
We are based in the small town of Palekastro, on the east coast of Crete, a large village with white houses, surrounded by forests of olive trees. As of early June, there are still few tourists, traffic is mainly that of local pick-ups. Moreover, this region is fairly preserved from the tourist pressure which disfigures certain sites on the north coast. The welcome is warm and smiling.
From the first day, the first beach, that of Itanos, about ten kilometers. At the end of the road, a beach directly in front of the car park, the most frequented, clothed, but passing in five minutes walk a small butte we arrive at a second sandy beach, quieter. That day, maybe a dozen people in swimsuits, but at the end of the beach, under a cliff, a rocky block made like a separation wall and behind four a five naturists. I settle there, my companions right next to the other side of the rock, textile side. So we’re almost together. Quick the fins, the mask and the snorkel and I go to explore the seabed. In the late afternoon, the beach emptied. I join my companions while remaining naked. This Itanos beach will be our favorite and we will come there regularly. It is only at weekends, when Greek families come to enjoy the sea that naturism is impossible. There is still a third beach on this site, referenced naturist beach, which we will visit once, but pebble beach it will attract us less.
Second day and second beach, Xerocambos, a good hour drive further south. Captain Barefoot reports a possible beach under a small chapel and cliffs. So I guide the group up there. Indeed, this corner is quiet. Sand beach. Two or three people far enough away that I could remain naked in the midst of my companions in swimsuits. The return by a small road through the mountain is splendid.
The Maridati beach, at the end of a kilometer and a half dirt track is a protected site. A sign « nudism forbidden » in Greek and English at the end of the parking lot. But on this day there are only two other people on the beach, one at one end, the other at the center, and they seem naked too, and we settle at the other end with my companion.
The beach of Karoumes is accessible only by feet by a hike through the gorges of Chochlakies. A good hour of walking to get there, so much to leave. Or by boat. It is therefore considered welcoming for naturists. Indeed, most of those who come there nude to tan on the pebbles and bathe in a very clear water.
One day when my companions left for a bit of sightseeing by car, I reach the Chiona beach, the closest to Palekasro, in a twenty minute walk. Beyond the beach itself, a few coves dug into the rocky barrier. The first is occupied by a family, the third by a couple, but the second is free. I take advantage of that.
There are still some small deserted beaches along the coast.
So I naturally enjoyed the Cretan beaches naturally.
I also explored the surrounding area in snorkeling. But little disappointment, the underwater life is quite poor there.


Crète, côté terre

Au cours de mes recherche sur internet sur la Crète, je n’avais rien trouvé sur le naturisme hors du naturisme de plage. Tant pis. J’étais pourtant bien décidé à ne pas passer deux semaines allongé sur des plages. La randonnée était aussi à mon programme de ce séjour.
Première rando textile en famille pour rejoindre la plage de Karoumes par la gorge de Chochlakies. Une balade le long d’un torrent à sec, encaissé entre des parois rocheuses, parmi les massifs de laurier roses. Les galets roulent sous les pieds, il faut parfois se faufiler entre de gros rochers. Partis tard, on y est aux heures les plus chaudes de la journée. Ma belle famille n’est pas, ou plus, des plus sportives et ce sera près de deux heures de marche à l’aller et presque autant au retour. Les randos suivantes se feront en couple, c’est beaucoup plus simple.
Une petite montée au Petsofas, un sommet qui domine à 255 m la plage de Chiona et le village d’Agathia. Traversée des champs d’oliviers, puis on grimpe dans la garrigue. Je suis en short et tee shirt, ne sachant pas ce qu’il y a au sommet. Mais, il n’y a rien et personne, juste quelques vestige d’un mur de l’époque minoenne. Je me déshabille pour profiter du vent frais. Ma compagne ne dit rien. Elle entreprend la descente, je reste encore un peu en haut pour prendre quelques photos du panorama alentour, puis je la suis, toujours nu, jusqu’à retrouver l’oliveraie. Là je me rhabille.
Un matin on part tous les deux assez tôt, aux environs de neuf heures, de la plage de Vai, la plage la plus aménagée du coin, pour rejoindre celle de Maridati. Suite de montées et descentes dans cette végétation de garrigue, de touffes basses de plantes piquantes, de massifs fleuris de thym. Au bout d’un moment ma compagne remarque elle même que l’on est absolument seuls. Puisqu’elle le dit ! Aussitôt, je suis nu ! Le parcours grimpe sur des collines, suit des lignes de crête qui dominent la mer en contrebas, descend dans des vallons qui mènent à des petites plages désertes. Quatre heures de marche. On termine en descendant abruptement sur la plage de Maridati. Je renfile mon short pour cette dernière descente juste au dessus de la petite auberge, malheureusement fermée à cette heure là. Pas de bière en réconfort.
Autre rando au départ d’Agathia pour rejoindre la plage de Karoumes. Première partie pour rejoindre la petite chapelle d’Agio Spyridon, Saint Spyridon, puis un col et une piste descend vers la petite plage de Schinias, tout à fait isolée. Dans ce décor désertique, nous sommes de nouveau les seuls êtres vivants, à part les chèvres. Passé le col je me suis déshabillé. Arrêt sur la berge d’une petite crique, puis l’on repart. Le chemin est balisé de traces de peinture rouge, qu’il faut parfois cherché des yeux entre les touffes d’épineux. On atteint la plage de Karoumes. Le coin ombragé est libre et on l’occupe. Une geocache se trouve à proximité, vite trouvée. Quelques randonneurs, arrivés par la gorge, sont dispersés sur la plage, certains nus, quelques autres en maillots. On va repartir par cette gorge qui mène au village de Chochlakies, et que l’on a déjà parcouru quelques jours auparavant. Mais cette fois c’est nu que je peux la faire.
Un matin, au lever du jour, je pars courir. De Palekastro, je rejoins la plage de Chiona, puis je continue sur la piste de terre qui longe la rive vers le sud. Une barrière en travers en ferme le passage pour les chèvres, mais en veillant à bien la refermer, je continue. Seul, je quitte le short et profite d’une demi heure de course nue.


During my internet search on Crete, I had found nothing about naturism out of beach naturism. Never mind. Yet I was determined not to spend two weeks lying on beaches. The hike was also on my program for this trip.
First family clothed ride to reach the beach of Karoumes by Chochlakies gorge. A walk along a dry stream, surrounded by rock walls, amongst the laurel roses. The pebbles roll under the feet, sometimes it is necessary to squeeze between large rocks. Late in the morning, it is the hottest hours of the day. My in law family is not, or no more, very sporty and it will be nearly two hours of walking in the outward and almost as much on the return. The following randos will be done in couple, it is much simpler.
A small climb to the Petsofas, a summit which dominates to 255 m the beach of Chiona and the village of Agathia. Cross the fields of olive trees, then climb in the garrigue. I’m in shorts and tee shirt, not knowing what’s up at the top. But, there is nothing and nobody, just a few vestiges of a wall of the Minoan era. I undress to enjoy the cool wind. My companion said nothing. She starts the descent, I still a little up to take some pictures of the surrounding panorama, then I follow her, always naked, until the olive grove. There I dress.
One morning we both leave early enough, about nine o’clock, from the beach of Vai, the most arranged beach of the area, to join that of Maridati. Continuation of ascents and descents in this vegetation of garrigue, low tufts of spicy plants, massifs flourished with thyme. After a moment my companion remarks that we are absolutely alone. Since she says so! Immediately, I am naked! The route climbs on hills, follows crest lines that dominate the sea below, descends into valleys that lead to small deserted beaches. Four hours of walking. We finish down abruptly on the beach of Maridati. I snap my shorts for this last descent just above the small inn, unfortunately closed at that time. No beer in comfort.
Another hike from Agathia to reach the beach of Karoumes. First part to reach the small chapel of Agio Spyridon, Saint Spyridon, then a pass and a track descends towards the small beach of Schinias, completely isolated. In this desert setting, we are again the only living creatures, apart from the goats. At the pass I undressed. Stop on the bank of a small creek, then we leave. The path is marked with traces of red paint, which sometimes have to be looked for between the thorny tufts. We reach the beach of Karoumes. The shaded corner is free and occupied. A geocache is nearby, quickly found. Some hikers, arriving by the throat, are scattered on the beach, some naked, some others in swimsuits. We shall set out again by this gorge which leads to the village of Chochlakies, and which we have already traveled a few days before. But this time it’s naked that I can do it.
One morning, at dawn, I set off to run. From Palekastro, I reach the Chiona beach, then continue on the dirt track that runs along the shore to the south. A cross barrier closes the passage for the goats, but making sure to close it, I continue. Alone, I leave the shorts and enjoy a half hour of naked race.


Rocher de Séguret

Covoiturage avec Bruno et Guillaume de Grenoble au col des Deux, près de Gresse en Vercors, où nous retrouvons Jean, en vacances dans le coin. 100 mètres sur la route, autant pour s’éloigner des maisons et nous sommes nus. On le restera jusqu’au même endroit au retour 5 heures et demi plus tard. La première partie est une belle montée en forêt, à l’ombre. On est parti tôt, avant 8 heures, mais la chaleur est déjà bien présente. Puis une croupe herbeuse avant d’attaquer le pierrier, au bas des falaises de cette barrière est du Vercors. Le sentier monte en lacet en ce rétrécissant entre les murs de roches. Quelques bouquetins s’éloignent quelque peu à notre approche, juste ce qu’il faut pour nous laisser le passage, en grimpant sur les blocs de pierre. Le pas de Berrièves est atteint en deux heures. Sur l’autre versant, on découvre les hauts plateaux à perte de vue. Encore un effort et on atteint le sommet du Rocher de Séguret, 2057 mètres. Il est encore tôt, mais autant pique niquer ici. Deux silhouettes sur le sommet de Roche Rousse. Puis ils entame la descente et les voilà bientôt qui apparaissent à coté de nous. Notre tenue, « on s’en fout ». Ce sont deux jeunes qui font la traversé vers Corrençon, en bivouaquant. On échange un peu sur le parcours, puis ils repartent. Pour nous, c’est plus tranquille, une courte sieste puis on attaque la descente par le même itinéraire.


Carpooling with Bruno and Guillaume from Grenoble to the Col des Deux, near Gresse en Vercors, where we find Jean, on holiday in the area. 100 meters on the road, as much to get away from the houses and we are naked. We will remain until the same place on the way back 5 hours and a half later. The first part is a beautiful climb in the forest, in the shade. We left early, before 8 am, but the heat is already there. Then a grassy hilltop before attacking the scree, at the bottom of the cliffs of this eastern barrier of the Vercors. The path ascends in zigzags, narrowing between the walls of rocks. A few ibexes move away somewhat at our approach, just what it takes to let us pass, climbing over the blocks of stone. The pass of Berrièves is reached in two hours. On the other side, you can see the high plateaus as far as the eye can see. Another effort and reached the summit of the Rock of Séguret, 2057 meters. It is still early, but as much picnic here. Two silhouettes on the summit of Roche Rousse. Then they start the descent and soon they appear next to us. Our outfit, « we do not care ». They are two young people who make the crossing to Corrençon, bivouacking. We exchange a bit on the course, then they leave. For us, it is more quiet, a short nap then we attack the descent by the same route.


Monteynard

Première sortie en kayak de l’année. Direction mon spot préféré : le lac de Monteynard et la plage de Savel. La plage est en pleine restructuration mais la rampe de mise à l’eau est accessible. Le niveau de l’eau est bas. Quelques pêcheurs sur la rive. Je pars et au bout de quelques mètres, enlève mon maillot de bain. Je ne le remettrai qu’en revenant au même endroit trois heures plus tard. Je me dirige vers le bras de l’Ebron, passe sous la passerelle puis sous le pont de Brion. Un cascade se déverse dans le lac, ricochant sur les rochers, éclaboussant dans la lumière. Je tourne un peu à proximité pour profiter du spectacle. Sur le bord, un crapaud m’observe, puis s’éloigne. Je continue jusqu’au bout du lac, lorsque j’arrive au torrent. Je m’arrête un moment pour déjeuner .Dans ce défilé entre les murailles de roches, je me sens vraiment isolé du reste du monde. Retour, contre le vent. Sur la plage de Savel, les pratiquants de kite surf gonflent leurs voiles.


First kayak outing of the year. Direction my favorite spot: the lake of Monteynard and the beach of Savel. The beach is undergoing a complete restructuring but the launching ramp is accessible. The water level is low. Some fishermen on the shore. I leave and after a few meters, take off my swimsuit. I will only put it back to the same place three hours later. I go towards the arm of the Ebron, pass under the footbridge and then under the bridge of Brion. A waterfall flows into the lake, ricocheting on the rocks, splashing in the light. I turn a little nearby to enjoy the show. On the edge, a toad observes me, then goes away. I continue to the end of the lake, when I reach the torrent. I stop for a moment to lunch. In this defile between the rock walls, I feel really isolated from the rest of the world. Back, against the wind. On the Savel beach, kite surfers swell their sails.