Ruisseau de Charens

Séance débroussaillage lors d’une sortie avec les Marcheurs Nus du Val de Roanne. Bernard et Francis avaient ouvert cet itinéraire qui suit le lit d’un ruisseau et entrepris de le dégager sur une première partie quelques semaines auparavant. On s’est retrouvé à trois, avec Bernard et José, pour continuer le travail.
D’abord traverser le cours de la Drôme pour atteindre le vallon de ce ruisseau. Sur leurs traces, on progresse sans difficulté. On suit le lit du torrent, rencontrant une première puis seconde cascade. C’est dommage, le ciel est couvert. Sans soleil, l’eau fraîche est moins tentante !
On arrive au terme du premier débroussaillage. Ensuite il faut frayer son chemin dans l’enchevêtrement de branches et de ronces. Bernard a amené son gros sécateur à long manche qui permet de couper de grosses branches, j’ai juste mon petit sécateur de jardin. On avance mètre par mètre, élaguant, coupant, cisaillant, rejetant les branches coupées sur les cotés. Toujours les pieds dans l’eau. Quant on bute sur le mur d’une cascade infranchissable, on se fraye un chemin dans la pente sur le coté. C’est vraiment de l’exploration. Sauf qu’une route passe au dessus de nous et que de temps à autre on entend passer une voiture à quelques dizaines de mètres. Étrange impression d’être dans un monde parallèle.
De cascade en cascade, de vasque en vasque, on avance, mais le ruisseau se rétrécit. Finalement on fait demi tour. La descente permet d’observer la nature autour du torrent : une source d’eau ferrugineuse qui se mélange à courant du ruisseau, les champignons sur les arbres, les grenouilles.
Après cinq heures et demi de balade, on se retrouve à la voiture, finalement un peu fatigués !


Brushing session during an outing with the Nude Walkers of the Val de Roanne. Bernard and Francis had opened this route which follows the bed of a stream and set out to clear it on a first part a few weeks before. We ended up with three, with Bernard and José, to continue the work.
First cross the course of the Drôme to reach the valley of this stream. In their footsteps, one progresses without difficulty. We follow the bed of the torrent, encountering a first and second waterfall. It’s a shame, the sky is covered. Without sun, fresh water is less tempting!
We finish the first clearing. Then we must plow our way through the tangle of branches and brambles. Bernard brought his big pruning shears with long handle that allows to cut large branches, I just my garden pruning shears. We advance meter by meter, pruning, cutting, shearing, rejecting the branches cut on the sides. Always the feet in the water. When one stumbles on the wall of an impassable waterfall, one makes a path in the slope on the side. It’s really exploration. Except that a road passes over us and that from time to time one hears pass a car to a few tens of meters. Strange feeling of being in a parallel world.
From cascade to cascade, from basin to basin, one advances, but the stream narrows. Finally we go back. The descent allows to observe the nature around the torrent: a source of ferruginous water that mixes with current of the stream, the mushrooms on the trees, the frogs.
After five and a half hours of walking, we find ourselves in the car, finally a little tired!


4 réflexions sur « Ruisseau de Charens »

  1. A Jungle français! Comme je l’ai d’abord regardé la photo, j’ai pensé que vous pourriez avoir osé en Amérique du Sud. Ceci ressemble à lui pourrait utiliser quelques jours de camping et des cordes et des chevilles.
    La marche dans l’eau peut être très fatigant. En Arizona, nous avons le Arivaipa Canyon Preserve. Le feuillage est trop épaisse pour marcher et il ya des serpents à sonnettes dans les hautes herbes. Le meilleur moyen est d’utiliser le lit du ruisseau. Je l’ai essayé pieds nus, mais mes pieds portais sur. Je l’ai essayé en Vibram cinq doigts KSO chaussures, mais mes pieds portais sur et glissé sur les rochers de la rivière. Bottes de randonnée Stiff glissé et pourraient blesser la cheville. L’eau nécessaire plus d’efforts pour se déplacer à travers de l’air. Nous avons fait de temps très lent, surtout avec autant de belles images à prendre de la beauté massif. En un après-midi, nous sommes allés probablement seulement 3 kilomètres, mais nous avons passé un jour merveilleux. Je pense Five Finger Spyridon fonctionnera mieux sur ces roches de rivière prochaine fois.
    J’aime une cascade. Merci,
    Jbeegoode

  2. Ciao di nuovo. Ancora una volta è sorprendente vedere la vostra avventura e nudità. Ho provato quel sito che consigliato ma non sono confortevole caricando la mia foto, così sono limitato per la maggior parte del sito Web. Tu sei molto più aperta rispetto a me! Potrei parlare con voi tramite chat come skype o yahoo?

  3. Salut. Je suis désolé pour mon dernier post. J’ai mélangé vers le haut de traduction. Je suis originaire des USA. J’ai essayé le site que vous avait recommandé dernière fois que j’ai posté. Je ne suis pas encore confortable; e à mettre une photo en ligne donc plus accès au site est refusé. Ne serait-il pas possible de parler avec vous à l’aide de skype ou yahoo ?

    Il est toujours étonnant de voir vous et votre nudité randonnées !

  4. Ping : Retour au ruisseau de Charens | randonnues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *