Stagnolu

Tout au sud de la Corse, à quelques kilomètres de Bonifacio, la plage de Stagnolu est une belle petite anse de sable blanc entourée de langues de rochers. C’est une plage familiale d’un coté, naturiste sauvage de l’autre.
Un matin, vers 6 heures, je pars de cette plage en direction du cap Feno. Un petit chemin suit la côte. C’est plutôt un sentier de chèvres – j’en croiserai un troupeau – même si des cairns marquent par endroit la direction. Le chemin ne s’aventure pas dans le maquis, mais reste au plus près de la mer, longeant la découpe des criques et des anses, se faufilant entre les blocs de rochers aux formes sculptées par le vent. Je n’avance pas vite, cherchant le cheminement, admirant le lever du soleil, les changements des couleurs de la lumière sur les rochers et sur l’eau, escaladant quelques blocs par ci par là, me baignant dans l’eau transparente de quelques criques. Bref, je prends mon temps et profite près de quatre heures durant d’être vraiment seul dans ce décor de bout du monde entre mer, ciel et rochers.
Quelques jours plus tard, je refais, en deux heures seulement, ce même chemin. Cette fois c’est pour aller récupérer une bouée d’un navire panaméen échouée au fond d’une anse au milieu du bois flotté. Je l’avais remarquée et photographiée au cours de ma précédente balade, mais n’avais pas jugé utile de m’en charger. Ma fille et les enfants de mes amis m’ont finalement convaincu d’aller la rechercher. Elle ajoutera une touche maritime à mon environnement quotidien alpin!


In the south of Corsica, a few kilometers from Bonifacio, the beach of Stagnolu is a beautiful little cove of white sand surrounded by tongues of rocks. It is a family beach on one side, wild naturist on the other.
One morning, about six o’clock, I leave this beach in the direction of Cape Feno. A small path follows the coast. It is rather a path of goats – I will cross a flock – even if some cairns mark the direction in some places. The path does not venture into the maquis, but remains as close as possible to the sea, skirting the creeks and coves, creeping between the blocks of rocks carved by the wind. I do not go fast, looking for the path, admiring the sunrise changing the colors of the light on the rocks and on the water, climbing a few blocks here and there, bathing in the transparent water of a few creeks. In short, I take my time and enjoy almost four hours while being really alone in this scenery of end of the world between sea, sky and rocks.
A few days later, in two hours, I made this same way again. This time it is to go to retrieve a buoy of a Panamanian ship stranded at the bottom of a cove in the middle of the driftwood. I had noticed and photographed it during my previous walk, but had not thought it useful to take care of it. My daughter and the children of my friends finally convinced me to look for it. It will add a maritime touch to my everyday alpine environment!


Monte Rotondo

Étape dans la vallée de la Restonica, dans les environs de Corte. Tôt le matin, nous
partons, ma compagne et moi, pour une randonnée vers le mont Rotondo. La piste dans la foret de pins se transforme en un sentier qui grimpe toujours en sous bois jusqu’à la bergerie de Timozzo. La suite va se passer sous un soleil chaleureux. Un groupe nous précède, un autre nous suit, ce n’est pas vraiment le moment de se dénuder. Le chemin serpente entre maquis et pierrier jusqu’au lac d’Oriente. Un rapide bain dans l’eau froide pour enlever la transpiration. Les deux groupes se reposent auprès du lac, nous continuons.
Le sommet du Mont Rotondo est juste devant. Il suffit de trouver son chemin dans un dédale de blocs rocheux en suivant un alignement de cairns qui balisent le cheminement. A mi pente, je m’estime suffisamment éloigné du lac pour me déshabiller. Ma compagne désapprouve mais me laisse faire. C’est ça l’amour! On traverse un névé. De la neige en plein été en Corse! Avant d’attaquer un couloir raide et pierreux qui débouche sur un col. Un gros rocher à escalader permet de basculer sur l’autre versant, au dessus du superbe lac de Bellebone, pour rejoindre le sommet à 2622 m; le second sommet de Corse.
Un des groupes a quitté le lac et entrepris aussi l’ascension. Je me rhabille pour les croiser et pour la descente directe jusqu’à la vallée. Ce fut une petite randonnue, mais une belle randonnée.