Balisage au Jocou

L’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne est en charge du balisage et de l’entretien d’un tronçon du GR93. Comme l’année passée, nous avons programmé une journée pour accomplir cette tâche. Nous sommes cinq ce mercredi de mi septembre. Bernard, Francis, Claude et moi même, Franck nous a rejoint. Il ne fait pas encore partie de l’association mais ça ne saurait tarder.
Plusieurs groupes ont démarré avant nous. Nous attaquons et nous déshabillons très vite. L’allure n’est pas rapide. Il y a peu de balisage à faire, mais surtout de l’élagage des buissons d’épineux qui envahissent le terrain et débordent sur le sentier. Sécateurs et scies s’activent. A midi, un coin à l’ombre est apprécié pour le pique-nique. C’est qu’à travailler ainsi sous le soleil, la fatigue se fait sentir. L’après midi, on sort enfin de la zone forestière, l’environnement de prairie d’alpage est plus ouvert et surtout moins encombré de ronces. C’est presque du repos et une allure de vraie randonnue. Après un dernier coup de peinture, Bernard, Claude et Francis font demi tour. Avec Franck, je continue jusqu’au sommet du Jocou pour profiter de la vue panoramique sur le Vercors , la Trièves et le Devoluy. Pour croiser un groupe on a enfilé nos shorts. On discute sur le balisage puis sur le naturisme en randonnée. Plus tard, on les retrouvera et là on restera nus.


The Association of the Naked Walkers of the Val de Roanne is in charge of the marking-out and maintenance of a section of the GR93. As last year, we have scheduled a day to accomplish this task. There are five of us this Wednesday in mid-September. Bernard, Francis, Claude and myself, Franck joined us. He is not yet a member of the association but it will soon be.
Several groups have started before us. We attack and undress very quickly. The pace is not fast. There is little marking to do, but mostly the cutting of thorny bushes that invade the ground and overflow on the trail. Pruners and saws are activated. At noon, a shaded area is appreciated for the picnic. It is that by working in this way under the sun, fatigue is felt. In the afternoon, we finally leave the forest area, the alpine meadow environment is more open and above all less encumbered by brambles. It’s almost rest and a real naked hiking experience. After one last paint job, Bernard, Claude and Francis turn around. With Franck, I continue to the top of the Jocou to enjoy the panoramic view of the Vercors, the Trièves and the Devoluy. To meet a group we put on our shorts. We discuss about marking and then about naturism when hiking. Later, we’ll find them and then we’ll stay naked.


Ruisseau de la Bourdiole

Dans la série « les pieds dans l’eau » qui est une spécialité des Marcheurs Nus du Val de Roanne en été, c’est cette fois le ruisseau de la Bourdiole qui est choisi comme destination. Dans un virage peu après le village de Poyols, nous quittons la route et posons la voiture. Aussitôt nus, nous prenons un chemin qui nous mène jusqu’à l’eau. Nous sommes quatre. A la file indienne, nous nous engageons dans le cours du ruisseau. On peut essayer de passer de pierres en pierres, mais le plus souvent on suit le courant, de l’eau jusqu’à la cheville, parfois au genou, et même au dessus. A l’ombre de la forêt, l’eau reste un peu fraîche, mais si agréable. De petites cascades qu’il faut contourner ou escalader, de temps à autre un beau trou, une belle piscine. Le bruit du torrent forme un fond sonore. L’eau s‘écoule tantôt tranquille, tantôt bouillonnante au dessus des rochers. On avance lentement, parfois retardé par des branchages en travers qu’il faut écarter, des ronces qu’il faut couper. C’est un autre monde! Après la pause repas sur des dalles au soleil, on repart. On dépasse le village de Jonchères qui doit se trouver perché au dessus de nous. A deux reprises, on trouve dans le lit du ruisseau, les crânes presque fossilisés de deux cerfs, dont les cornes on été coupées. L’œuvre de chasseurs  qui n’ont gardé que les bois en trophées ! Peu à peu le cours d’eau rétrécit, se fait tout petit. Il est temps de rejoindre la route. Retour, momentanément rhabillés, par une piste, la traversée du village puis un sentier entre buis, genets et pins qui nous ramène pile à la voiture.


In the series  » feet in water  » which is a speciality of the Marcheurs Nus du Val de Roanne in summer, it is this time the Bourdiole stream which is chosen as destination. In a bend shortly after the village of Poyols, we leave the road and put the car down. As soon as we are naked, we take a path that leads us to the water. We are four. In a single file, we engage in the course of the stream. We can try to go from stone to stone, but most often we follow the current, from the water to the ankle, sometimes to the knee, and even above. In the shade of the forest, the water remains a little cool, but so pleasant. Small waterfalls that you have to go around or climb, from time to time a beautiful hole, a beautiful swimming pool. The sound of the torrent makes a background sound. The water flows sometimes quiet, sometimes bubbling over the rocks. One advances slowly, sometimes delayed by branches across which one must spread, brambles which one must cut. It’s another world! After the meal break on flagstones in the sun, we leave again. We pass the village of Jonchères which must be perched above us. On two occasions, the almost fossilized skulls of two deer, whose horns have been cut off, are found in the creek bed. The work of hunters who only kept the woods as trophies! Little by little the river narrows, becomes very small. It’s time to hit the road. Return, momentarily dressed, by a track, the crossing of the village then a path between boxwood, brooms and pines which brings us right back to the car.


Pradelle

Lundi de Pentecôte. Malgré l’annonce d’orages dans l’après midi, cette sortie des Marcheurs Nus du Val de Roanne a été maintenue. C’est qu’il s’agit d’une séance de travail en vue d’un itinéraire pour l’été. L’objectif est de relier deux vallées, deux ruisseaux pour créer une boucle. Avec Bernard et Francis, on arrive à Pradelle, dans la vallée de la Roanne,  vers 10 heures. On pose la voiture au bout d’une piste, au départ du sentier. Celui ci est bien indiqué sur la carte, mais il ne semble quand même guère fréquenté. Il grimpe droit dans la pente en direction du col de l’Esquif. Du col, aucun chemin sur l’autre versant n’est inscrit sur les cartes, mais une marque sur un arbre révèle une trace dans la végétation. Un chemin de chasseurs ? La sente descend entre les arbres, se perd parfois, se devine un peu plus loin. Sécateurs et scies sont en action tout au long pour élaguer, marquer le chemin, le rendre évident et praticable. On descend ainsi lentement jusqu’à finalement retrouver une ancienne piste forestière que Bernard et Francis avaient repérée l’année dernière. Ouf, la jonction est faite. Maintenant, il faut remonter au col et descendre sur Pradelle. L’atmosphère est devenue lourde. On est trempé de sueur et la fatigue se fait sentir. Mais les premiers coups de tonnerre ne se feront entendre que lorsque l’on sera sur la route en voiture.


Pentecost Monday. Despite the announcement of storms in the afternoon, this outing of the Marcheurs Nus du Val de Roanne has been maintained. It is because this is a working session for a summer itinerary. The objective is to link two valleys, two streams to create a loop. Bernard and Francis and I arrive in Pradelle in the Roanne valley around 10am. We put the car at the end of a track, at the start of the path. This one is well indicated on the map, but it doesn’t seem very busy. It climbs straight up the slope towards the Col de l’Esquif. From the pass, no path on the other side is written on the maps, but a mark on a tree reveals a trace in the vegetation. Hunters’ trail? The path goes down between the trees, is sometimes lost, is guessed a little further. Shears and saws are in action all along to prune, mark the path, make it obvious and practicable. We descend slowly until we finally find an old forest track that Bernard and Francis had spotted last year. Phew, the junction is done. Now we have to go up to the pass and down to Pradelle. The atmosphere has become heavy. We are soaked with sweat and fatigue is felt. But the first thunder will only be heard when you are on the road by car.


Serre de Beaupuy

Dimanche de Pentecôte. A huit heure et quart, je débouche du tunnel du col de Menée, côté Drôme. Il n’y a qu’un camping car installé sur le parking. Le chemin débute juste en face. Je pars en short, tee shirt et blouson. Cinq minutes plus tard, échauffé par ce premier raidillon, je suis nu. Passage à la croix au dessus du tunnel. Je rejoins le sentier tracé à mi pente dans l’alpage. L’herbe est mouillée de rosée, des fleurs parfois violettes ou blanches, surtout jaunes. Des masses nuageuses lèchent et débordent les crêtes. J’arrive au col de la Lauzette. J’avais l’intention de continuer tout droit en direction de la Tête de Praorzel, au dessus du vallon de Combeau, sachant qu’en ce week-end de trois jours, il risquait d’y avoir du monde dans le vallon. Mais pourquoi ne pas monter à gauche sur ce Serre de Beaupuy que je ne connais pas. Pas de chemin sur la carte, mais ça a l’air de pouvoir passer. Une vague trace pars à flanc, mais je préfère tirer tout droit. Ça monte un peu raide mais j’atteins vite le sommet. Je domine la route de Combeau et le parking au fond du vallon. Il a l’air déjà plein ! Le serre de Beaupuy est une sorte de plateau incliné. Je le traverse. L’autre extrémité surplombe le col de Côte Chèvre, les rochers de Combeau, le hameau de Bénevise puis en fond les falaises de l’extrémité sud du Vercors, du plateau de Tussac et du Glandasse. Demi tour. Je rejoins la Lauzette par la trace aperçue tout à l’heure. Je reviens doucement vers Menée. Un petit détour pour aller me poser pour le repas.Je me rhabille juste avant de descendre vers le parking qui est bien plein : des pique niqueurs au bord de la route, des cyclistes qui soufflent avant de repartir, des promeneurs. Pourtant moi je n’ai vu personne de toute la balade !


Pentecost Sunday. At eight and a quarter, I emerge from the tunnel of the Col de Menée, on the Drôme side. There is only one motor home installed in the car park. The path starts right across the road. I’m going in shorts, t-shirt and jacket. Five minutes later, warmed up by this first raidillon, I’m naked. Passage to the cross over the tunnel. I join the path traced halfway down the alp. The grass is wet with dew, flowers sometimes purple or white, especially yellow. Cloudy masses lick and overflow the ridges. I arrive at the Lauzette pass. I intended to continue straight on towards the Tête de Praorzel, above the valley of Combeau, knowing that on this three-day weekend, there might be people in the valley. But why not climb left on this Serre de Beaupuy that I don’t know. No path on the map, but it looks like it can pass. A vague trace goes sideways, but I prefer to go straight. It climbs a little steep but I quickly reach the top. I dominate the road of Combeau and the carpark at the bottom of the valley. It already looks full! The Beaupuy serre is a kind of inclined plateau. I’m going through it. The other end overlooks the Côte Chèvre pass, the rocks of Combeau, the hamlet of Bénevise then the cliffs of the southern end of the Vercors, the plateau of Tussac and the Glandasse. Turn around. I join the Lauzette by the trace seen earlier. I’m slowly returning to Menée. I get dressed just before going down towards the carpark which is very full: picnickers at the edge of the road, cyclists who blow before leaving, walkers. Yet I didn’t see anyone for the whole hike!


Ambel depuis Quint

A l’automne 2016, j’avais fait avec Gilbert une randonnue sur le plateau d’Ambel depuis le col de la Bataille et notamment la découverte du scialet des Quatre Gorges, une superbe cavité située sous l’alpage. De passage pour quelques jours dans la vallée de Quint, près de Die, je décide d’y retourner, mais cette fois en grimpant depuis le fond de cette vallée, c’est à dire avec nettement plus de dénivellation.
Je gare mon véhicule à l’embranchement de la piste forestière des Juges et démarre en short, tee shirt et blouson. Il n’est pas encore dix heures du matin en ce début avril. Mais dés le premier virage, un chemin permet de quitter la piste et de monter droit dans la forêt. Je l’emprunte et me déshabille aussitôt. J’ai déjà chaud. Le chemin est large et bien tracé sauf sur une portion où la végétation a repris possession du terrain: ronces et jeunes pousses de sapins sont tout juste franchissables. Je retrouve la piste un peu plus haut. Quelques centaines de mètres plus loin, nouvelle bifurcation pour une ancienne piste assez bien entretenue qui se transforme plus haut en étroit chemin. Ça grimpe régulièrement. Dans les trouées des arbres j’ai de belles perspectives sur la vallée de Quint avec au fond le col de Marignac où j’étais deux jours auparavant. Au bout de deux heures de montée j’approche du rebord du plateau d’Ambel. Quelques névés à franchir et j’y suis. Mais le vent aussi y est. Il souffle relativement fort et fraîchement. Mais qu’importe. J’ai le plateau rien que pour moi, pas la moindre autre présence humaine. Guère d’animaux non plus: un lièvre qui a détalé à mon approche et quelques oiseaux, notamment trois vautours qui viendront m’observer lors de mon arrêt pique nique. Ils espéraient peut être une carcasse. Par contre le plateau est parsemé de massifs de crocus, bleus et blancs mélangés. Après une visite à la bergerie, je me dirige vers le scialet. Malheureusement l’entrée en est encore protégé par un entonnoir de neige. Je me contente d’observer les ouvertures du toit, les effondrements de la voûte depuis l’extérieur. Pour la descente je rattrape un autre chemin qui me ramène au hameau des Juges. A la toute proximité des maisons et de la route, je me rhabille. Pratiquement six heures de nudité et de solitude.


In the autumn of 2016, Gilbert and I went for a naked hike on the Ambel plateau from the Col de la Bataille and notably the discovery of the scialet des Quatre Gorges, a superb cavity located under the mountain pasture. Passing for a few days in the valley of Quint, near Die, I decide to return there, but this time climbing from the bottom of this valley, i.e. with much more elevation difference.
I park my vehicle at the junction of the forest track of the Judges and start in shorts, tee shirt and jacket. It is not yet ten in the morning at the beginning of April. But from the first bend, a path allows you to leave the track and climb straight into the forest. I take it off and take my clothes off right away. I’m already hot. The path is wide and well traced except on a portion where vegetation has regained possession of the ground: brambles and young sprouts are just passable. I find the trail a little higher. A few hundred meters further, new fork for an old track rather well maintained that turns higher into narrow path. It climbs regularly. In the gaps of the trees I have beautiful views over the valley of Quint with at the background the Marignac pass where I was two days before. After two hours of climbing I approach the edge of the plateau of Ambel. A few neves to cross and I’m in. But the wind is there too. It blows relatively hard and fresh. But whatever. I’ve got the plateau all to myself, no other human presence. Not many animals either: a hare that has run away on my approach and some birds, including three vultures that will come to observe me during my picnic stop. Maybe they were hoping for a carcass. On the other hand, the plateau is dotted with clumps of crocus, blue and white mixed. After a visit to the sheepfold, I head towards the scialet. Unfortunately the entrance is still protected by a snow funnel. I just observe the roof openings, the collapse of the vault from the outside. For the descent I catch another path which takes me back to the hamlet of Judges. Close to the houses and the road, I put my clothes back on. Almost six hours of nudity and solitude.


Col de Marignac

En début d’après midi je me gare au col de Marignac. Le temps est couvert, il ne fait guère chaud. Tant pis, j’ai des geocaches à découvrir dans le coin. Le sentier part tout droit dans la forêt. Je suis tout de suite nu. La montée est soutenue. Je trouve la première cache dans un massif de buis. Je rejoins le sommet. La deuxième cache est facile, au pied d’un arbre. J’hésite à continuer. La suite est sur une crête rocheuse étroite. De plus le ciel se fait menaçant. Demi tour. J’arrive en vue de la route et du fourgon et me rhabille. Trois kilomètres plus loin, c’est l’orage. Un déluge de pluie et de grêle. Arrivé au village, je ne tente même pas de sortir du véhicule. Bien heureux d’être à l’abri et non pas nu en pleine forêt.


In the early afternoon I park at the Marignac pass. The weather is overcast, not very hot. Never mind, I have geocaches to discover around here. The path goes straight into the forest. I’m naked right now. The climb is sustained. I find the first cache in a boxwood massif. I’m on my way to the top. The second cache is easy, at the foot of a tree. I hesitate to continue. The suite is on a narrow rocky ridge. Moreover the sky becomes threatening. Turn around. I get in sight of the road and the van and get dressed. Three kilometres away, it’s the storm. A deluge of rain and hail. When I get to the village, I don’t even try to get out of the vehicle. Very happy to be safe and not naked in the middle of the forest.


Balisage au Jocou

L’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne est affiliée à la Fédération Française de Randonnée Pédestre et comme telle peut participer à ses actions de développement de la randonnée. C’est par exemple le cas pour le balisage et l’entretien des sentiers GR de Grande Randonnée. Pour cela, Bernard et moi même avons suivi des stages de formation de baliseurs. Récemment, le comité départemental de la randonnée de la Drôme nous a attribué un tronçon du GR 93. Ce vendredi 13 octobre, nous sommes donc partis pour une première journée de balisage sur ce parcours.
Depuis le col de Grimone, nous avons rejoint par 1,2 km de route le départ du sentier. Là nous avons pu nous déshabillé pour attaquer les choses sérieuses. C’est que marcher dans une optique de balisage est assez différent d’une randonnue normale. Il faut être attentif au balisage déjà existant, étudier s’il nécessite une remise à l’état, ou si de nouveaux marquages peuvent être nécessaires, surveiller que la végétation n’envahisse pas le parcours, couper des branches qui dépassent. Autant dire que l’on n’avance pas très vite. Il fait grand beau et nous profitons de la vue dégagée sur les sommets du Vercors. Le GR effectue une grande traversée dans le versant ouest sous le Jocou pour rejoindre le col de Seysse, puis continue vers le col de Menée. Au col de Seysse, nous arrêtons là pour revenir par une variante du GR qui passe par le sommet du Jocou après une beau raidillon de 200 m de dénivelé. Il est 17 heures quand nous sommes de retour au col de Grimone. Une journée bien remplie, on a fait la plus grosse partie du tronçon. Avec quelques rencontres, un randonneur solitaire, un groupe de quatre femmes puis deux hommes, à qui nous avons tranquillement expliqué l’association et notre action de balisage.


The Association of Naked Walkers of the Val de Roanne is affiliated to the French Federation of Hiking and as such can participate in its actions of development of hiking. This is the case, for example, for the marking out and maintenance of the GR Grande Randonnée trails. To do this, Bernard and I have taken part in training courses for taggers. Recently, the regional committee of the Drôme hiking department assigned us a section of GR 93. This Friday, October 13th, we left for a first day of marking on this trail.
From the Grimone pass, we reached the trail’s start point by 1.2 km of road. There we were able to undress to attack the serious things. This is because walking in a marking-out perspective is quite different from normal hiking. Be careful to be aware of the existing markings, study if they need to be restored, or if new markings may be necessary, watch for vegetation not to invade the path, cut off overhanging branches. In other words, we’re not moving very fast. The weather is fine and we enjoy the unobstructed view of the Vercors summits. The GR makes a long crossing in the western slope under the Jocou to reach the Seysse pass, then continues towards the Menée pass. At the Seysse pass, we stop there to come back by a variant of the GR which passes through the summit of Jocou after a beautiful steepness of 200 m of altitude difference. It’s 5:00 p. m. when we’re back at the Grimone Pass. One full day, we did most of the section. With a few encounters, a solitary hiker, a group of four women and then two men, to whom we quietly explained the association and our marking action.


Retour au ruisseau de Charens

Voilà trois ans que je n’étais pas retourné avec l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne au ruisseau de Charens. Nous avions bien débroussaillé une partie du lit de ce petit cours d’eau. Mais le temps a passé, la végétation a poussé, les orages ont charrié des bois morts, le travail est à refaire. Mission accomplie avec Bernard et Pascal. Nous sommes même allés au delà des parcours précédents, défrichant jusqu’à une zone infranchissable de troncs entremêlés couchés en travers du torrent. En contournant cette zone, nous avons finalement atteint un jardin potager cultivé en bordure du ruisseau puis un chemin qui nous a ramené à la route. Il ne nous restait plus qu’à redescendre tranquillement en moins d’une demi heure par cette route bien peu fréquentée.


For three years I had not returned with the association of the Naked Walkers of the Val de Roanne to Charens brook. We had cleared some of the bed of this little stream. But time has passed, vegetation has grown, storms have carried dead woods, work is to be redone. Mission accomplished with Bernard and Pascal. We have even gone beyond past routes, clearing up an impassable area of intermingled trunks lying across the torrent. Bypassing this area, we finally reached a vegetable garden cultivated along the creek and then a path that brought us back to the road. There was nothing left for us but to descend quietly in less than half an hour by this very uncommon road.


Ruisseau d’Aucelon

Durant la saison estivale, l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne privilégie les randonnées aquatiques en remontant les cours des ruisseaux. En ces périodes caniculaires, il est vraiment très agréable de profiter de l’ombre des arbres et de la fraîcheur de l’eau.
Ce samedi , nous étions cinq pour remonter le ruisseau d’Aucelon depuis le cours de la Roanne jusqu’aux ruines de l’ancien moulin : Bernard, Francis, Pierre, Yves et moi même. Une balade de quatre heures et demi.


During the summer season, the association of the Marcheurs Nus of the Val de Roanne favors the aquatic excursions up the courses of the streams. In these scorching times, it is really nice to enjoy the shade of the trees and the freshness of the water.
This Saturday, we were five to go up the stream of Aucelon from the course of the Roanne to the ruins of the old mill: Bernard, Francis, Pierre, Yves and myself. A four and a half hour hike.


Pas de la Pousterle

On est dix pour cette sortie des Marcheurs Nus du Val de Roanne, plus deux chiens. La veille nous avons marché entre la col de Cabres et le village du Pilhon, aujourd’hui c’est une montée entre le dernier hameau de Montlaur et la montagne d’Aucelon par le pas de la Pousterle. Le ciel est dégagé mais le vent souffle, peut être juste un peu moins fort qu’hier cependant. La montée par un petit sentier dans la forêt réchauffe quand même pratiquement tout le monde. Le cheminement traverse des massifs de buis. Quel plaisir de retrouver cette espèce végétale qui a complètement disparue l’année dernière de la région grenobloise, du massif de la Chartreuse, anéantie par la Pyrale du Buis et ses chenilles dévoreuses.
Le pas de la Pousterle est une faiblesse de la barrière rocheuse qui permet un passage sans difficulté de cette falaise qui paraît si impressionnante vue de la vallée.
Arrêt pique nique. J’en profite pour déboucher une bouteille de vin, puis pour partir à la recherche de deux geocaches situées à proximité. J’en trouverai encore deux autres dans l’après midi. Balade le long de la crête en direction de l’antenne de l’émetteur télé. Vue aérienne d’un coté sur la vallée de la Drôme, le Vercors en fond, de l’autre coté sur la suite de la ligne de la montagne d’Aucelon, sur cette région du val de Roanne qui a donné son nom à l’association.
Chacun a réagi en fonction de sa sensibilité à la fraîcheur, au froid, au vent. Certains sont emmitouflés sous les polaires, les autres restent nus, entre les deux toutes sortes de tenues plus ou moins habillées ! Nous ne sommes décidément pas égaux vis à vis des conditions climatiques !


We are ten for this outing of the Naked Walkers of the Val de Roanne, plus two dogs. The day before we walked between the Col de Cabres and the village of Pilhon, today it is a climb between the last hamlet of Montlaur and the mountain of Aucelon by the pass of the Pousterle. The sky is clear but the wind is blowing, maybe just a little less strong than yesterday though. The climb by a small path in the forest still warms practically everyone. The path crosses masses of boxwood. What a pleasure to find this plant species that completely disappeared last year from the Grenoble region, the Chartreuse massif, annihilated by the Bore Moth and its devouring caterpillars.
The pass of the Pousterle is a weakness of the rocky barrier which allows an easy passage of this cliff which seems so impressive view of the valley.
Picnic stop. I took the opportunity to uncork a bottle of wine, then to go in search of two geocaches located nearby. I’ll find two more in the afternoon. Stroll along the ridge towards the antenna of the TV transmitter. Aerial view of one side on the Drôme valley, the Vercors in background, on the other side on the continuation of the mountain line of Aucelon, on this area of ​​the Val de Roanne which gave its name to the association.
Everyone responded according to their sensitivity to freshness, cold, wind. Some are muffled under the polars, others remain naked, between the two all sorts of outfits more or less dressed! We are definitely not equal with respect to climatic conditions!