La Bérarde

La Bérarde. Le village en cette mi août est encore bien fréquenté entre promeneurs, randonneurs et alpinistes. Mais le chemin que nous emprunterons, Bruno, Gérard et moi, se révélera idéal pour une randonnue. A part une femme croisée lors de la montée, rencontre sans problème, ce versant de la montagne sera pour nous seuls. Les autres randonneurs seront sûrement sur les chemins du Chatelleret ou de la Maye. Tant mieux !
Au bout du parking, le ruisseau de Vénéon traversé, on entre dans le parc national des Ecrins. Nous nous déshabillons très vite, dès que l’on arrive au soleil. Le camping est juste en dessous de nous. Le chemin s’élève en lacets dans la pente plutôt raide. Il ne fera que monter sur 900 mètres de dénivellation sans le moindre replat pour souffler un peu. C’est physique. Mais le panorama vaut l’effort. La Tête de la Maye juste en face, puis se découpant derrière à mesure que l’on prend de l’altitude, la Meije, le Rateau, la Grande Ruine et tant d’autres pointes et sommets. De l’autre côté apparaissent le Dôme et la Barre des Ecrins, Ailefroide. L’herbe laisse la place à une végétation de petits arbres puis on débouche sur des barres rocheuses minérales et le chaos de rochers rouillés de la moraine d’un ancien glacier. Le chemin se termine là. Quelques cairns permettent de continuer en direction de l’épaule sous la Grande Pointe de la Bérarde. Mais c’est une progression pénible et finalement on se pose pour le casse croûte sur une plaque herbeuse avant de faire demi-tour et d’attaquer la descente. On ne remettra les shorts ou jupettes qu’à la toute proximité du village.


La Bérarde. The village in mid August is still well frequented amongst walkers, hikers and climbers. But the path we will take, Bruno, Gerard and I, will prove ideal for a naked hike. Apart from a woman crossed during the climb, meet without problem, this side of the mountain will be for us alone. The other hikers will surely be on the paths of the Chatelleret or the Maye. So much the better!
At the end of the car park, the stream of Vénéon crossed, one enters the national park of the Ecrins. We undress very quickly, as soon as we reach the sun. The campsite is just below us. The path rises in laces in the rather steep slope. It will only go up 900 meters of height without the least flat to blow a little. It’s physical. But the panorama is worth the effort. The head of the Maye just opposite, then appearing behind as you take altitude, the Meije, the Rateau, the Great Ruin and so many other points and peaks. On the other side are the Dome and the Barre des Ecrins, Ailefroide. The grass gives way to a vegetation of small trees and then leads to rocky mineral bars and the chaos of rusty rocks of the moraine of an ancient glacier. The path ends there. Some cairns allow to continue in the direction of the shoulder under the Great Pointe de la Bérarde. But it is a painful progression and finally we pose for the cnack on a grassy plate before turning and attacking the descent. Shorts or skirts will only be handed over to the near by the village.


Valgaudemar

Pour bien finir l’été et commencer l’automne, Bruno de Chartreuse a organisé une semaine de randonnue dans la vallée du Valgaudemar. Finalement, suite à quelques défections pour causes de soucis de santé ou problèmes familiaux, nous nous retrouvons à cinq dans un gîte pouvant accueillir une vingtaine de personnes. L’endroit est un peu frais, quelques flambées de cheminée réchaufferont les lieux, mais la qualité et la quantité des repas du soir sont largement appréciés après les heures de marche.

Première journée. Nous partons à quatre du refuge-hotel du Gioberney, au bout de la vallée, au bout de la route. Le sentier monte tout de suite en lacets au dessus du bâtiment et du parking, mais qu’importe, très vite nous nous retrouvons nus. Le soleil est au rendez vous. Nous atteignons un petit plateau bosselé d’herbes hautes. Au fond se cache le lac du Lauzon. Sa surface sombre reflète le gris des rochers. Philippe se jette à l’eau, pourtant bien fraîche ! Deux randonneurs passent à proximité et vont s’installer à l’autre bout du lac. On continue. Notre objectif, le refuge du Pigeonnier, est bien en vue au dessus de nous, mais il nous faut d’abord descendre pour traverser un torrent avant d’attaquer la longue montée. De nombreuses cascades dégringolent tout autour du cirque. Enfin, le refuge. Nous nous installons à une table extérieure pour manger, juste vêtus de coupe-vent ou polaires. Après le repas, on décide de redescendre par l’autre versant. Un couple de randonneurs (« Aucun problème avec votre tenue ») nous indique le chemin, mais à ce moment là, Bruno fait un mauvais pas, et c’est l’entorse. Clopin-clopant il arrivera à descendre doucement en trois heures jusqu’à la voiture.

Deuxième jour. Nous ne sommes plus que trois. Retour au Gioberney. Brouillard, humidité. Quelques hésitations pour trouver le chemin qui se trouve de l’autre coté du torrent, qu’il faut traverser d’un bond, le pont ayant été emporté quelques semaines auparavant. En montée, on a vite chaud et on se déshabille malgré la fraîcheur. A un peu plus de 2000 m, on trouve la neige, tombée durant la nuit. Une fine couche qui recouvre l’herbe et les buissons de rhododendrons. Dans les déchirures des nuages, les sommets environnants apparaissent étincelants. Quel privilège d’être là ! C’est aussi l’avis d’un berger qui nous suivait, passe devant nous et s’éloigne rapidement. Montées et descentes se succèdent, soleil et ombre aussi. Des chamois sautent dans les rochers, des marmottes courent dans l’herbe. Arrêt casse-croûte au refuge de Chabournéou, fermé et désert avant de prendre le chemin du ministre qui nous ramène au Gioberney.

Valgaudemar (suite)

Troisième jour. Nous laissons le véhicule au parking des Portes, au dessus de la Chapelle en Valgaudemar. Nous y retrouvons le couple croisé au refuge du Pigeonnier qui s’enquit des nouvelles de Bruno. Ils montent aussi aux lacs de Petarel, l’une des merveille du Valgaudemar, mais par un autre itinéraire. Nous avons choisis, nous, de passer par un chemin plus raide mais plus isolé, qui nous fait d’abord grimper (1200m de dénivelé d’un coup) au col de Beranne, puis rejoindre le col de Petarel, passer à proximité des lacs de Sebeyras pour enfin arriver aux lacs de Petarel. Au dessus du col de Petarel, un garde du parc des Ecrins est en observation sur une petite pointe. On a été averti de sa présence par un randonneur croisé un peu auparavant. Il nous a forcément vu arriver de loin, donc nous ne nous rhabillons pas. A un moment, nous l’entendons parler à la radio, nous entendons distinctement les mots : « des naturistes ». Il doit s’enquérir auprès de sa hiérarchie de l’attitude à adopter et s’il doit intervenir. Mais comme finalement il reste là où il est, on en conclu que la randonnue est acceptée dans le Parc ! Plus tard, allongés dans l’herbe près du lac, on le verra passer à proximité sans qu’il fasse un signe. Les sommets alentours se mirent dans les eaux du lac, puis s’effacent dès qu’une risée brouillent la surface du miroir. On tentent une rapide trempette. L’eau doit être à une douzaine de degré seulement. On retrouve le couple de ce matin, un groupe de quatre randonneurs est installé un peu plus loin sur la rive, on les doublera dans la descente, deux ou trois autres passent sur le chemin. La journée est radieuse, les paysage magnifiques. Quel bonheur !

Quatrième jour. Nous partons de Rif du Sap, petit hameau sur la route du Gioberney. Au bout d’une longue montée, nous arrivons dans les alpages. Nous remettons un short pour passer à proximité d’une bergerie puis pour croiser un groupe avec un chien. Nous débouchons à la cabane de Lavine et obliquons pour retrouver la direction du Chapeau. Il nous faut traverser une succession de ravines de schistes noirs et de buttes herbeuses avant d’attaquer la montée finale dans une large prairie d’altitude. Le sommet du Chapeau, une grosses bosse herbeuse n’a rien d’exceptionnel, il permet néanmoins une vue à 180° sur le massif, sur nos itinéraires des jours précédents. Descente le long d’une arête, puis en face de la belle cascade de la Buffe et enfin en forêt jusqu’au parking de la Fouronnière où l’on a laissé un second véhicule.

Cinquième jour : Bruno et Philippe sont repartis avec Patricia, nous ne sommes donc plus que deux. Heureusement, Franck, de Gap, nous rejoint pour cette balade que l’on veut plus tranquille. Du parking de la maison forestière des Vachers, on rejoint le col des Vachers, puis cette longue crête que l’on voyait depuis le gîte de l’autre coté de la vallée. En face de nous, le sanctuaire de la Salette. En fait on se trouve à l’extrémité de cette succession de petits sommets arrondis qui vont du Valbonnais et du Beaumont à cette entrée du Valgaudemar. Sur le coté, on domine la vallée du Drac et la route Napoléon.
Deux chiens patous viennent nous observer, mais par chance, sans agressivité. Le troupeau n’est pas loin. Assis dans l’herbe, après le casse-croûte, Franck nous offre le genépi, la liqueur alpine. Puis nous finissons la descente et retournons d’abord par une piste, puis par un petit sentier qui grimpe raide jusqu’au parking.

Au final cinq jours de randonnues, de bonnes distances parcourues, de gros dénivelés grimpés, avec une météo pratiquement parfaite. Cinq sorties où la nudité a été presque totale ; les rencontres, une quinzaine, se sont passées sans problèmes, entre indifférence ou simple salut, sourires et courtes discussions, et même quelques remarques d’admiration « c’est super » ou teintées d’envie.

Petit Renaud

De Chantelouve, je commence à emprunter le même parcours que pour le lac du Vallon. Je suis parti tôt pour éviter les grosses chaleurs et la fréquentation, d’où la possibilité de me déshabiller très rapidement en attaquant la piste forestière au dessus du village.
La piste se transforme en chemin, puis en sentier qui traverse foret et champs d’herbe encore humide de rosée. Je dois quitter cet itinéraire et prendre un chemin qui s’engage en sous bois sur la droite. Évidemment, je le rate et dois faire demi-tour un peu plus haut en constatant mon erreur. La vieille piste est plutôt raide. Les nuages qui étaient au dessus de moi au départ sont maintenant en dessous et forment une rivière de nuages qui coule dans la vallée, qui vient lécher les pentes du relief. Au dessus, c’est grand ciel bleu!
J’arrive à la cabane de la Montagne, un petit chalet d’alpage en bois. Il semble vide à cet heure là et je passe devant tranquillement. Je continue vers l’alpage du Vallon et quitte le versant à l’ombre pour me retrouver face au soleil. Dans le contrejour, j’aperçois soudain, dans un virage, la silhouette d’un berger qui me précède d’une vingtaine de mètres. Je remet un short pour le rejoindre. C’est une jeune bergère qui me demande aussitôt si je viens pour la « boite ». Eh oui, il y a bien une geocache planquée plus haut.
Le chemin s’arrête là dans l’alpage. Ensuite, il faut tirer tout droit dans la pente. Ce vallon qui semblait débonnaire, se montre finalement épuisant. A mi hauteur, je repère le tas de pierre qui recouvre la boite. Cette cache est située à la confluence de degrés exacts de latitude et longitude: le 45° Nord et le 6° Est. J’ai découvert à l’occasion qu’il y avait dans le monde des chasseurs de confluences.
Le sommet du Petit Renaud est deux cent mètres au dessus, bien exposé au vent qui s’est levé. Je le rejoins et trouve un recoin à l’abri pour me restaurer et me reposer. Je domine le village de Villard Reymond. Les massifs de l’Oisans et la station de l’Alpe d’Huez sont en face de moi. Il n’y a pas la moindre présence humaine à perte de vue.

Col et lac de la Muzelle

Un samedi matin d’aout, nous nous retrouvons à trois sur le parking de Valcenestre: Philippe, Franck et moi même. De toute façon, la route ne va plus loin. Nous attaquons à pieds par une large piste, d’abord habillés, le temps de s’échauffer et de doubler deux randonneurs partis devant nous. Une barrière, puis un tout petit chemin dans un virage. Nous sommes vite nus.
Nous enfilons brièvement nos shorts pour croiser un groupe arrêté au bord du chemin. Le sentier suit le fond d’une vallée, vire et se met à grimper. Le soleil émerge soudain derrière la barrière des sommets environnants. La température monte aussitôt. Le sentier s’étire à mi-pente. On distingue au loin devant nous les silhouettes de randonneurs qui nous précèdent. Au fond de la vallée, un mur noir, c’est le col de la Muzelle, notre premier objectif. Petit à petit, on s’en rapproche et on distingue mieux le sentier qui l’escalade en une succession de virages serrés.
Au passage nous avons doublé le premier couple de marcheurs, plus lourdement chargé, qui n’a fait aucun commentaire sur notre tenue. Dans la partie la plus raide, heureusement , le chemin a été refait récemment par le parc des Écrins, et l’ascension du col est moins terrible que la vue de loin ne le faisait craindre. On s’élève, virage après virage, dans un éboulis de roche schisteuse noire et brillante. Devant nous, les autres randonneurs ont atteint le col et entame la redescente. On se croise en échangeant quelques mots.
Enfin, le col. Un petit vent frais nous accueille, bienvenu après l’effort. Sur l’autre versant, la vue porte sur le lac, à quelques cinq cent mètres de dénivelé en contrebas, puis en fond, la station des Deux Alpes et le massif des Rousses. Nous n’avons mis que trois heures pour arriver ici, il est encore tôt et nous décidons de continuer jusqu’au lac.
La descente se fait dans un pierrier minéral, entrecoupé de passages de névés, au pied de cascades ruisselantes sur les rochers. Nous arrivons au lac. Le refuge, sur la rive opposée à l’air bien occupé, des groupes sont assis un peu partout au bord de l’eau. Nous nous dirigeons vers une zone isolée et nous étendons dans l’herbe pour le pique nique. Non sans avoir fait (presque tous) trempette dans une eau tout de même assez fraiche. Mais c’est si tentant. Un pêcheur qui longe la rive s’arrête pour discuter quelques minutes. C’est presque le paradis.
Mais il va falloir le quitter pour remonter au col et redescendre vers Valcenestre. De ce coté là, le col également ressemble à un mur. Il y a surtout la chaleur du début d’après midi et le soleil qui tape fort. La montée se fait longue. C’est presque l’enfer! On croise encore quelques randonneurs qui eux descendent. Enfin, le col est atteint. Il ne nous reste plus que de la descente, mais encore pas mal de distance.
Au bas du pierrier, alors qu’on est assis dans l’herbe pour un moment de repos, un groupe de grimpeurs, lourdement chargés de cordes, piolets et casque, nous croise, attaquant la montée. Plus bas, ce seront encore un couple, puis deux femmes. Tous montent pour passer la nuit au refuge ou bivouaquer près du lac. Tous ceux que l’on aura croisé aujourd’hui n’auront guère fait de commentaire sur notre nudité (même si les discussions au coin du feu au refuge risquent d’aller bon train…). En montagne, la tolérance est plutôt de règle, c’est encore un espace de liberté que chacun apprécie…au prix de son effort.
Un dernier arrêt pour laisser à Franck le temps de se reposer quelque peu, et la randonnée se termine en pente douce en rejoignant Valcenestre, après quelques dix heures de balade et mille huit cent mètres de dénivelé.