Taillefer

Voilà bien longtemps que je rêvais d’une randonnue au Taillefer. J’en avais entendu parler comme d’une rando difficile, limite dangereuse. Alors seul et nu! Puis, il y a deux ou trois ans, deux sorties, habillé, avec des amis et en week end, m’avaient rassuré, mais convaincu qu’il fallait éviter les jours d’affluence.
Ce lundi, la météo est plutôt bonne, même s’il a fortement plu durant la nuit. Le ciel est encombré de nuages, mais j’espère passer au dessus de la couche. En arrivant au départ de la balade, il y a une voiture au bord de la route. Un couple, chaudement vêtu se prépare à partir, équipé de matériel de pêche. Ils vont au lac de Brouffier.
Je démarre derrière eux, avec juste un short et un tee shirt. J’essaie de les rattraper et manque exploser dans le sentier tout droit et raide de la combe de l’Oursiere. En fait, ils auront pris un autre chemin, plus doux. La combe est encore dans l’ombre, avec quelques restes de brume. Au bout d’un quart d’heure, je quitte le short, le tee shirt suivra rapidement, dès le passage au soleil au sortir de la forêt. Ensuite le sentier grimpe dans l’alpage, dominant au passage la station de l’Alpe du Grand Serre. Je laisse de côté, le sentier qui mène au lac de Brouffier, pour suivre celui qui fait un long tour en arc de cercle et se dirige vers la parois sombre de la montagne. Je laisse passer un coureur de trail en m’asseyant un peu en dehors du sentier, puis le suit à une allure bien plus cool. Le sentier quitte l’alpage pour se glisser entre les rochers jusqu’au Pas de la Mine. De là, il grimpe jusqu’à la croix du Sergent Pinelli, accrochée au dessus de la falaise. La partie suivante, le long de la crête de Brouffier, est la plus aérienne, mais heureusement le rocher a été séché par le vent. Je rejoint le Petit Taillefer reconnaissable à sa roche rouge. En descendant vers le col du Grand Van, je suis surpris par le courant d’air frais qui souffle à cet endroit là. Le sentier monte en lacets dans la roche noire. L’environnement est totalement minéral. Encore quelques longueurs sur l’arête et voici le sommet tout plat et caillouteux. Et je suis tout seul avec Saint Eloi!
J’en profite pour trouver une geocache, manger un morceau et admirer le paysage. Les conditions de luminosité sont favorable et j’ai un 360° sur les Alpes avec le Mont Blanc, les Rousses, le plateau d’Emparis, les Aiguilles d’Arves, la Meije, les sommets des Ecrins et du Valgaudemar, le plateau de Bure dans le Dévoluy, l’Obiou et le Ferrand, au fond dans le lointain, le Mont Ventoux, le Vercors et derrière la montagne ardéchoise, la Chartreuse, le massif de Belledonne avec Chamrousse juste en face.
Pour revenir, je choisi de suivre la combe au pied de la crête de Brouffier. Le sentier disparaît finalement dans la rocaille. Je ne sais pas exactement si j’ai choisi le bon parcours, mais je finis par arriver au dessus du lac de l’Emay. La descente est assez raide entre pierriers et barres rocheuses, mais ça passe!
Je rejoins le pas de la Mine de Fer, puis trouve un chemin qui descend directement sur le lac de Brouffier. Les pêcheurs sont partis, j’ai les rives du lac pour moi. Par moment de légers banc de nuages montent jusqu’à là et se dissipent. Finalement je me décide quand même à rentrer.
J’arrive à la route, la voiture est à proximité, mais les pêcheurs sont là dans leur véhicule et je dois me résoudre à enfiler mon short pour cette dizaine de derniers mètres. Cela a quand même été 7 heures de nudité!

Ornon

Durant l’été, je me suis raccroché à une invitation lancée sur la liste du groupe yahoo rando-nue pour une rando près de Bourg d’Oisans. Je n’avais pas prévenu que je participais et n’ayant que quelques heures de libre avant des rendez vous professionnels, j’ai dû faire demi tour avant la fin de la balade. J’ai néanmoins été très bien accueilli.
D’un parking au dessus du village d’Ornon, tout de suite nus, nous avons évité le chemin quelque peu fréquenté qui mène au lac Fourchu et nous avons attaqué la montée par un sentier en zigzag vers une bergerie puis le refuge, fermé, du Taillefer avant de continuer sur cette zone de petits lacs située entre le pied du Taillefer et le sommet du Grand Galbert, objectif avoué de certains.
Vue panoramique tout au long du parcours depuis le massif des Rousses et l’Alpe d’Huez jusqu’à la Meije et le glacier de la Girose, le haut des Deux Alpes d’un coté, sur le col d’Ornon et le Taillefer de l’autre, et depuis le plateau un aperçu sur la station de Chamrousse à l’extrémité de Belledonne.
Dans ce petit groupe, j’avais déjà marché avec Michel à l’occasion d’une sortie dans les Bauges et croisé Franck. Mais j’ai surtout été heureux de rencontrer Doug, un néo zélandais dont je connaissais le site internet. Il est l’un des premiers à avoir mis en ligne récits et images de randonnues. Son site est parmi ceux qui m’ont motivé et servi d’exemple. Cela a été un réel plaisir de le trouver là en chair et en os! Je regrette seulement de n’avoir pas eu plus de temps disponible. J’ai quitté le groupe en vitesse et suis redescendu droit dans la pente pour rejoindre le parking et retourner au travail.

J’ai refait cette même balade au mois d’octobre, tout seul, mais dans son intégralité. En grimpant jusqu’aux sommets du Grand Galbert, marqués par trois gros cairns. En fait, c’est plutôt une grosse bosse caillouteuse. Mais de la-haut, on a une belle vue sur la vallée de Bourg d’Oisans. Pour éviter un berger et son troupeaux qui se sont engagés sur l’itinéraire que je voulais prendre, j’ai choisi de revenir en faisant un détour en suivant une vague trace dans la pente. Ce sera la seule présence humaine aperçue durant les cinq heures et quelques de la balade, faites nu du début à la fin.

Lac Fourchu

Au pied du massif du Taillefer, le lac Fourchu offre à une heure de marche un décor d’eau et de rochers qui attire facilement randonneurs, pêcheurs, vététistes ou simples promeneurs. Mais au lieu de rester sur les rives trop fréquentées de ce lac, il est possible de continuer en direction d’une vaste zone bien moins visitée. C’est sans doute les restes du socle d’un ancien glacier qui a modelé le sol en d’innombrables creux et bosses jusqu’aux crêtes qui bordent la vallée de la Romanche. Bosses de rochers, creux d’herbe rase parsemés de filets d’eau, de lacs, de mares ou simple trous d’eau, miroirs éclatants qui reflètent la lumière au milieu d’une herbe jaune d’automne. Le sol y est alternativement dur et marécageux. Pour s’orienter, il suffit de viser le Taillefer d’un coté, la pointe du Grand Galbert, de l’autre.
C’est dans cet environnement que j’ai passé un dimanche. J’ai même pris un (court) bain à 2200 mètres d’altitude en cette fin de mois d’octobre. C’est l’effet de l’été indien! Et dans ce labyrinthe, j’ai passé l’après midi à jouer à cache cache avec les quelques groupes de randonneurs qui s’étaient eux aussi aventurés dans le coin, eux apparaissant au sommets d’une crête, moi disparaissant derrière les buttes de rochers, coupant droit dans la pente pour éviter les sentiers ou m’étendant tranquillement pour bronzer au bord de l’eau. Au final: 4heures 45 de nudité (marche et bain de soleil) pour une sortie de plus de 7 heures!