La Grésière

Lundi de Pentecôte, avec Bernard et Francis des Marcheurs Nus du Val de Roanne. Sur le parking au col de Miscon, il y a déjà quatre voitures. Évidemment, un jour férié! Tant pis, nous partons nus. Sur la première partie de la piste, nous passons un groupe de six ou sept randonneurs arrêtés sur le coté. Juste un salut de notre part. Un peu plus loin, nous doublons un couple. Bernard engage la discussion. Plus tard nous passerons devant un groupe de quatre personnes en pose sur le chemin. Puis plus aucune rencontre jusqu’au retour.
Depuis le col de Pinet la montée est plus soutenue. Au sortir de la forêt, nous trouvons les premières fleurs au bord du chemin : orchidées violettes ou blanches, tulipes sauvages en cours d’éclosion, narcisses blanc, et bien sûr coucous jaunes ou myosotis bleus. En bas c’était des massifs de gentianes. Marchant seul, je n’aurai sans doute rien remarqué de ces fleurs. Mais Bernard et Francis sont des connaisseurs et s’arrêtent tous les cinquante mètres pour admirer et prendre en photos. J’apprends !
La prairie sommitale de la Grésière est atteinte. Nous longeons la crête, au bord de falaises impressionnantes. De là, nous dominons la vallée de la Drôme entre Vercors et montagnes dioises, avec, au premier plan, des buttes arrondies parsemées de pistes forestières. C’est notamment que j’étais avec Bernard, il y a un mois. Au bout, nous sommes droit au dessus du village de Miscon.
Arrêt pique nique, puis redescente. Au col du Pinet, pour prolonger le plaisir, nous décidons de suivre une trace, marquée sur la carte mais non balisée, qui monte droit dans la pente en direction du col de la Selle. De là , nous devrions trouver un chemin qui contourne le Serre Chanuit, un petit sommet arrondis. Mais les coupes forestières ont fait des ravages tant sur le paysage que sur les chemins. Nous engageons la descente au jugé dans la forêt, suivant les traces d’animaux et le ravin d’un torrent à sec jusqu’à retrouver finalement la piste qui nous ramènera dans la bonne direction.

Luc en Diois

Mi avril, avec Bernard des Marcheurs Nus du Val de Roanne. Nous partons du village de Luc en Diois. Au bout d’une douzaine de minutes, nous entrons dans la foret de pins. Là, le chemin commence à s’élever en lacets. Un chemin bien entretenu qui est, paraît il, la balade préférée des habitants de Luc. Aujourd’hui, il est désert et nous pouvons nous déshabiller sans hésitation.

Nous traversons une première piste forestière, puis en rejoignons une seconde que nous suivons jusqu’au col de la Charbonnière. A partir de là, l’itinéraire se fait plus aléatoire. Les nombreuses traces de chemins d’exploitations forestières, plus ou moins anciennes, ne correspondent pas aux chemins marqués sur nos cartes. Alors c’est un peu au jugé que l’on vise les crêtes de la montagne de Cerne. On traverse une vieille coupe de bois dont les souches sont brûlées par le soleil et les intempéries, puis on suit une sente à peine visible dans les taillis de buis jusqu’à retrouver un chemin balisé. A une bifurcation, on tente de suivre un chemin qui n’arrive nulle part, sinon à un belvédère sur la vallée opposée. Demi tour donc. On attaque la descente par un mélange de sentiers, de simples traces possible, d’échappatoires dans la pente pour finalement retomber sur notre itinéraire de montée. De là, nous finissons tranquillement en suivant les larges pistes qui nous ramènent vers la vallée en passant par la Cabanette, petite construction de bois surplombant le village de Luc.


Mid April, with Bernard of the  » Naked Walkers of the Val de Roanne ». We leave the village of Luc en Diois. After a dozen minutes, we enter the pine forest. There, the path begins to rise in laces. A well-kept path which is, it seems, the favorite stroll of the inhabitants of Luc. Today it is deserted and we can undress without hesitation.

We cross a first forest trail, then join a second that we follow until Col de la Charbonnière. From there, the route becomes more random. The many traces of logging roads, more or less old, do not correspond to the paths marked on our maps. So it is a little bit by guesswork that we are aiming the peaks of the mountain of Cerne. We cross an old wooden cut whose stumps are burned by the sun and the bad weather, then we follow a path scarcely visible in the thickets of boxwood until we find a marked path. At a bifurcation, one tries to follow a path that does not arrive anywhere except a belvedere on the opposite valley. Half turn. The descent is attacked by a mixture of trails, simple possible traces, loopholes in the slope for finally falling back on our climbing route. From there, we finish quietly following the wide trails that lead us back to the valley through the Cabanette, a small wooden building overlooking the village of Luc.


La montagne d’Aucelon

L’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne avait décidé de finir l’année par une rando hivernale en raquettes. La météo en a décidé autrement. Pas la moindre trace de neige sur les hauteurs dioises et même guère plus que quelques plaques sur les sommets du Vercors. Mais en ce dimanche ensoleillé après Noël, on est trois, Francis, Bernard et moi, à se retrouver pour une balade sur la montagne d’Aucelon.
Départ au fond d’un vallon, au bout de quelques kilomètres de piste, sous les antennes du relais TDF. A l’ombre la fraîcheur est bien présente, le sol largement givré, mais on se réchauffe en montant, en arrivant au soleil. Un petit vent du sud rafraîchit tout de même l’atmosphère et incite Francis à rester habillé. On rejoint la ligne de crête herbeuse que l’on va suivre tranquillement. Sur le coté, le vide et, en bas, la vallée de la Drôme, ses villages et ses hameaux disséminés au milieu des champs. Puis les sommets arrondis et boisés du Diois, plus loin les falaises du Vercors, plus loin encore les pics du Dévoluy. On pourrait continuer longtemps à suivre cette bordure du massif, mais les jours sont courts et il faut à regret faire demi-tour.


The association of the Naked Walkers of the Val de Roanne had decided to end the year by a winter hike on snowshoes. The weather has decided otherwise. Not a trace of snow on the heights of the Diois area and even little more than a few plates on the summits of the Vercors. But on this sunny Sunday after Christmas, we are three, Francis, Bernard and I, to meet for a walk on the mountain of Aucelon.
Departure at the bottom of a valley, after a few kilometers of track, under the antennas of the relay TDF. In the shade the freshness is present, the soil largely frosted, but one heats up while climbing, arriving in the sun. A small south wind refreshes the atmosphere and encourages Francis to stay dressed. We reach the grassy ridge line which we will follow quietly. On the side, the void and, below, the valley of the Drôme, its villages and its hamlets scattered among the fields. Then the rounded and wooded summits of the Diois, farther the cliffs of the Vercors, farther still the peaks of Dévoluy. We could continue to follow this edge of the massif for a long time, but the days are short and we must withregret turn around.


Champignons à Aucelon

A la suite de l’Assemblée générale de l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne, on est trois, ce samedi 10 octobre après midi, pour une courte (3 heures) promenade digestive sur les crêtes qui mènent du col de Pennes au relais d’Aucelon. C’est un parcours que Bernard et Francis connaissent bien : Bernard l’a créé et Francis l’entretient au sécateur à chaque passage. Le sentier longe plus ou moins la bordure des falaises, permettant des points de vue panoramiques sur la vallée de la Drôme, le Vercors en face, le Devoluy au loin. Les antennes du relais servent de point de mire à l’aller. L’exposition sud ouest est très agréable en cette saison.
A un moment donné, Bernard, derrière moi, s’écrie « Des petits gris ». Ce sont des champignons qui parsèment les herbes environnantes. Je n’avais rien vu et j’ai même dû en écraser un ou deux en passant. Mais c’est l’occasion d’un ramassage en toute sécurité en présence de ces deux connaisseurs qui me rassurent sur leur non toxicité et me donnent des conseils pour les préparer. A défaut de panier c’est mon buff noué à un bout qui me sert de récipient.
Comme un ramasseur de champignon ne donne jamais ses coins de ramassage, je peux juste dire que c’est entre un bois de pins et le vide !


Following the general meeting of the Association of Naked Walkers of the Val de Roanne, we are three, this Saturday, October 10 afternoon, for a short (3 hours) digestive walk on the ridges that lead from the pass of Pennes to Relay of Aucelon. It is a journey that Bernard and Francis know well: Bernard created it and Francis maintains it with the secateurs at each passage. The trail runs more or less along the edge of the cliffs, allowing panoramic views of the Drôme valley, the Vercors opposite, the Devoluy in the distance. The antennas of the relay serve as focal point for the outward movement. The southwest exposure is very pleasant in this season.
At one point, Bernard, behind me, exclaimed « Little grays. » These are mushrooms that dot the surrounding grasses. I had not seen anything and I had to crush one or two in passing. But this is the opportunity for a safe pickup in the presence of these two connoisseurs who reassure me about their non-toxicity and give me advice to prepare them. In default of basket it is my buff knotted at one end which serves me as a container.
As a mushroom picker never gives his pickup corners, I can just say it’s between a pine wood and the void!


Le marais des Bouligons

Petite balade de moins de quatre heures avec Bernard, des Marcheurs Nus du Val de Roanne, que je n’avais pas revu depuis le mois d’octobre. Comme le temps passe vite ! On va faire un parcours en boucle depuis les marais de Bouligons. Première étape, la tour en ruine qui domine le marais, la route départementale qui relie Luc en Diois au col de Cabre et le rivière de la Drôme. De là on redescend vers le marais puis on monte jusqu’à rejoindre une piste forestière que l’on suit à flanc de coteaux. Marche rapide sur ce terrain tout plat. On passe la combe d’Avril, puis on quitte cette piste pour descendre la combe Brachet par une ancienne piste sur laquelle la nature reprend ses droits, pour finir par un sentier qui rejoint l’espace naturel sensible du marais. On se retrouve dans le secteur aménagé, balisé, en ponton au dessus du marécage. Au passage, on est passé devant l’épave d’une vieille automobile rouillée. Celle ci est une trace historique. Volée par les résistants durant la seconde guerre, elle avait été cachée dans le marais à sec, puis s’était retrouvée embourbée une fois l’eau revenue et finalement abandonnée sur place…là où elle est toujours !


A short walk of less than four hours with Bernard, of the Naked Walkers of the Val de Roanne, whom I had not seen since October. How time flies ! We will do a looping course from the marshes of Bouligons. First stage, the ruined tower overlooking the marsh, the departmental road that connects Luc en Diois to the Col de Cabre and the river of the Drôme. From there you go down to the marsh and then you go up to join a forest trail that you follow along hillsides. Quick walk on this flat ground. We pass the valley of Avril, then we leave this trail to descend the Brachet valley by an old track on which nature resumes its rights, ending with a path that joins the sensitive natural area of ​​the swamp. We find ourselves in the landscaped, signposted, pontoon area above the swamp. In passing, we passed the wreck of an old rusty car. This is a historical record. Stolen by the Resistance during the Second World War, it had been hidden in the dry swamp, and then became mired once the water returned and finally abandoned on the spot … where it still is!


Aucelon

Petite randonnue d’après-midi en conclusion de l’assemblée générale de l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne. Nous sommes cinq. Du col de Pennes, nous suivons la crête en direction du relais d’Aucelon. Un itinéraire que Bernard connaît bien puisque c’est plus ou moins lui qui l’a tracé et balisé quelques années auparavant. Le sentier, ou la simple trace parfois, longe la ligne de falaises qui borde le plateau. Panorama sur la vallée de la Drôme en contrebas. A mi chemin, nous croisons un couple de randonneurs. Bernard met un paréo pour les avertir de notre présence et pour engager la conversation sur notre activité. Retour par le même chemin.


 Short afternoon hike at the conclusion of the general meeting of the association of the Marcheurs Nus of the Val de Roanne. We are five. From the pass of Pennes, we follow the ridge in the direction of the relay of Aucelon. An itinerary that Bernard knows well since it is more or less he who traced and marked it a few years ago. The trail, or the simple trace sometimes, runs along the line of cliffs that borders the plateau. Panorama on the valley of the Drôme below. Half way, we meet a couple of hikers. Bernard puts a pareo to warn them of our presence and to engage the conversation about our activity. Return by the same way.


La Pissarotte

Balade dominicale de fin septembre avec les Marcheurs Nus du Val de Roanne. Une course cycliste nous a forcé à changer d’itinéraire et nous nous retrouvons avec Bernard de la Drôme et Bernard de Genève près du petit village d’Establet à suivre le ruisseau de la Pissarotte.

Fond de vallon encore à l’ombre jusqu’à la cascade. En cette saison, celle ci n’est guère qu’un filet d’eau, mais la barrière rocheuse paraît un obstacle infranchissable. Bernard a une indication : Il faut passer derrière la cascade puis grimper au dessus. Effectivement, le passage est là. Quelque peu glissant sur la roche mouillée, plutôt acrobatique et vertigineux ensuite pour rejoindre un vieux câble rouillé qui mène au sommet. Juste sous les cornes d’un petit troupeau de chèvres qui nous observent avec curiosité depuis leurs promontoires rocheux. Et l’on débouche enfin au soleil. Les chèvres sont là, un peu craintives d’abord, s’éloignant à notre approche, puis, rassurées sans doute par nos tenues, elles viennent nous accompagner. Le reste du chemin est tranquille. Pique nique dans un champ et retour par un chemin en sous bois qui contourne la falaise et la cascade.

Il est encore trop tôt pour rentrer. Quelques centaines de mètres en voiture et on part explorer un chemin sur l’autre versant de la vallée. Il monte raide pour rejoindre une piste forestière qui se déroule à flanc de colline, presqu’à l’horizontal. Aller retour de deux heures de balade paisible.

Ruisseau du Betton

Dernier jour d’août, dernier week-end de la période estivale. Les Marcheurs Nus du Val de Roanne ont prévu une balade au départ de Saint Benoit en Diois. Le rendez-vous est fixé le dimanche vers 10 heures et demi.
Arrivé dans l’obscurité la veille au soir, j’ai posé le fourgon au bord de la route, quelques kilomètres avant le village. Au petit matin, je débute la journée par un petit déjeuner, nu mais invisible des rares voitures passant à trois mètres de moi sur l’asphalte. Puis, ayant encore du temps, je descend pour un moment au soleil sur les galets de la rivière Roanne. Seul à cette heure là.

Je retrouve Bernard et Francis à l’entrée de Saint Benoit, où nous laissons les véhicules. Une centaine de mètres sur la route départementale, puis nous empruntons une petite route qui se transformera un peu plus loin en piste. Passé les dernières maisons, nous nous déshabillons. Mes deux compagnons sont venus récemment exploré cet itinéraire le long du ruisseau du Betton et connaissent déjà le haut du canyon. Nous tentons une approche par le bas en remontant le cours d’eau, mais vite nous sommes bloqués dans notre progression par de petites cascades difficiles à escalader. Demi tour. Nous rejoignons le sentier qui grimpe fort, bien tracé et entretenu, car emprunté par les canyonistes. En face de nous, sur l’autre versant du vallon, des yeux percés dans des aiguilles rocheuses semblent nous surveiller, mais restent de pierre devant notre tenue. Nous passons au sommet d’une belle cascade. Le ruisseau semble un plus haut se perdre dans le fouillis végétal.
Dans une clairière, nous nous arrêtons pour pique-niquer dans l’herbe. Soudain des voix proches, mais personnes en vue. Ce sont sans aucun doute des pratiquants qui entame la descente du canyon. Nous, au contraire, on voudrait sortir par le haut. Le gps nous indique que l’on est pas si loin d’une piste forestière. Reste à la rejoindre. En suivant de vagues traces d’animaux on part droit dans la pente. Il faut se frayer un chemin. Bernard avec le gros sécateur à manche, Francis à la scie, moi avec juste un petit sécateur. Il faut couper des branches mortes, des branches d’épines, des branches qui barrent le sentier. Il faut deviner la trace qui disparaît, la retrouver un peu plus haut . Il faut continuer à monter, à s’orienter…pour enfin déboucher sur la piste. Qu’il va nous suffire de suivre tranquillement pour redescendre vers la vallée et rejoindre Saint Benoit.

Ruisseau de Charens

Séance débroussaillage lors d’une sortie avec les Marcheurs Nus du Val de Roanne. Bernard et Francis avaient ouvert cet itinéraire qui suit le lit d’un ruisseau et entrepris de le dégager sur une première partie quelques semaines auparavant. On s’est retrouvé à trois, avec Bernard et José, pour continuer le travail.
D’abord traverser le cours de la Drôme pour atteindre le vallon de ce ruisseau. Sur leurs traces, on progresse sans difficulté. On suit le lit du torrent, rencontrant une première puis seconde cascade. C’est dommage, le ciel est couvert. Sans soleil, l’eau fraîche est moins tentante !
On arrive au terme du premier débroussaillage. Ensuite il faut frayer son chemin dans l’enchevêtrement de branches et de ronces. Bernard a amené son gros sécateur à long manche qui permet de couper de grosses branches, j’ai juste mon petit sécateur de jardin. On avance mètre par mètre, élaguant, coupant, cisaillant, rejetant les branches coupées sur les cotés. Toujours les pieds dans l’eau. Quant on bute sur le mur d’une cascade infranchissable, on se fraye un chemin dans la pente sur le coté. C’est vraiment de l’exploration. Sauf qu’une route passe au dessus de nous et que de temps à autre on entend passer une voiture à quelques dizaines de mètres. Étrange impression d’être dans un monde parallèle.
De cascade en cascade, de vasque en vasque, on avance, mais le ruisseau se rétrécit. Finalement on fait demi tour. La descente permet d’observer la nature autour du torrent : une source d’eau ferrugineuse qui se mélange à courant du ruisseau, les champignons sur les arbres, les grenouilles.
Après cinq heures et demi de balade, on se retrouve à la voiture, finalement un peu fatigués !


Brushing session during an outing with the Nude Walkers of the Val de Roanne. Bernard and Francis had opened this route which follows the bed of a stream and set out to clear it on a first part a few weeks before. We ended up with three, with Bernard and José, to continue the work.
First cross the course of the Drôme to reach the valley of this stream. In their footsteps, one progresses without difficulty. We follow the bed of the torrent, encountering a first and second waterfall. It’s a shame, the sky is covered. Without sun, fresh water is less tempting!
We finish the first clearing. Then we must plow our way through the tangle of branches and brambles. Bernard brought his big pruning shears with long handle that allows to cut large branches, I just my garden pruning shears. We advance meter by meter, pruning, cutting, shearing, rejecting the branches cut on the sides. Always the feet in the water. When one stumbles on the wall of an impassable waterfall, one makes a path in the slope on the side. It’s really exploration. Except that a road passes over us and that from time to time one hears pass a car to a few tens of meters. Strange feeling of being in a parallel world.
From cascade to cascade, from basin to basin, one advances, but the stream narrows. Finally we go back. The descent allows to observe the nature around the torrent: a source of ferruginous water that mixes with current of the stream, the mushrooms on the trees, the frogs.
After five and a half hours of walking, we find ourselves in the car, finally a little tired!


Soubreroche

Bernard avait récemment fait une balade qui lui a tellement plu, qu’il l’a remise au programme des Marcheurs Nus du Val de Roanne ce samedi de mi mai. Avec nous, il y a aussi Pierre du Vaucluse.
Rendez vous au vieux pont de Vachères dans les gorges du Gats . La route passe à coté, mais le trafic est espacé. Je peux donc partir nu depuis le pont. Le sentier grimpe tout de suite assez raide en forêt. Dans un lacet, une petite terrasse en belvédère permet de se rendre compte de la hauteur déjà prise et de jeter un regard sur la route en contrebas. Puis la pente se fait moins soutenue. Le cheminement longe le cours d’un torrent que l’on devine tout en bas au fond du canyon et des falaises rocheuses. L’objectif de Bernard est de poser une geocache. Il faut donc trouver l’endroit adéquat.
Au cours d’une halte, dans la trouée des arbres, sur l’autre versant du vallon, on devine une petite plate-forme herbeuse, au dessus d’un mur de pierres sèches . Vestige d’un temps où l’endroit était cultivé ? C’est en dehors de notre itinéraire, mais on décide de partir à sa recherche. Il faut quitter le chemin, deviner un semblant de reste de trace sur le sol caché sous les feuilles mortes, descendre dans le vallon, puis remonter en cherchant son orientation. Et finalement l’atteindre. De près, elle paraît même plus petite que prévue. Une terrasse de quelques mètres de prairie d’herbe haute, au dessus de la forêt, au dessous d’un bloc rocheux. L’endroit idéal pour pique niquer, l’endroit idéal pour poser la cache.
Pour revenir, depuis le fond du vallon, on distingue un cheminement qui doit nous permettre de rejoindre notre parcours. En fait, tout au bout, à la jonction avec le chemin, il est bouché par des branchages en travers. Qu’à cela ne tienne, Bernard sort sécateur et scie de son sac, et en quelques minutes le passage est désobstrué.

La seconde partie de la balade se déroule presqu’à plat, en suivant la courbe de niveau, jusqu’à arriver au dessus des maisons de Soubreroche. Là, il nous faut enfiler un short pour traverser le hameau et croiser un groupe de randonneurs. Short vite quitté au premier virage de l’ancienne route, désaffectée, que l’on suit sur deux lacets avant de reprendre un sentier dans la forêt. Il coupe quelques ravins boueux et passe à proximité d’un ensemble de blocs rocheux de grès, isolés au milieux des bois. Rochers aux formes douces, sculptés d’arches, de fissures, de trouées dans les parois. Un superbe terrain de jeu pour une séance photo improvisée. Le sol de sable, d’humus et de feuilles mortes invite à quitter les chaussures, à ressentir la douceur de la terre, le grain du rocher sous la plante des pieds nus. Et encore, n’en explorons nous qu’une partie.
Puis c’est le retour et la descente vers le pont de Vachères, que l’on traverse nus.